Infos dernières

Industrie automobile: Pourquoi le prix des voitures a augmenté (ministère)

Invité de la radio nationale “Chaine 3”, Mustapha Abdelkrim, conseiller au cabinet du ministre de l’Industrie et des Mines, a expliqué la cause de l’augmentation du prix des véhicules.

Pour lui il s’agit en premier du cahier de charge qui impose l’obligation pour les importateurs de ramener des véhicules avec plus d’équipements de sécurité (4 airbags, régulateur de vitesse, controle de la pression des pneus, etc..).

Le deuxième facteur ayant contribué à l’augmentation du prix des voitures est, selon le même responsable, la dévaluation du dinars qui a perdu entre 30 et 40% de sa valeur entre l’année 2014 et 2016.

Les licenses d’importation ont, par ailleurs, favoriser la hausse des prix des automobiles, du fait des difficulté d’approvisionnement.

Lancée à partir de 2014, l’activité de montage, en CKD/SKD, de véhicules a atteint une cadence de production de « 60.000 unités par an », a révélé M.Abdelkrim.

M. Abdelkrim a révélé, également, la valeur des importations des kits CKD/SKD, destinés au montage des véhicules, qui affiche un montant de « 1,6 milliard de dollars », à la date du 24 février 2018, un montant raisonnable comparé à 2012 où la valeur des importations avait atteint les 7.5 milliards $. « C’est tout à fait normal, parce les usines déjà en production depuis 2014-2015 sont monté en cadence avec un chiffre de 60.000 véhicules produits par an, et les nouvelles usines qui ont commencé en 2017 ont besoin d’importer des pièces pour le montage de leur véhicules », a expliqué M Abdelkrim.

Le nouveau cahier de charge va introduire également une nouveauté dans le secteur de l’industrie automobile avec la prise en compte des exportations dans le calcule du taux d’intégration. Ce qui poussera les opérateurs industriels à produire plus pour exporter plus et ainsi gagner des points dans le taux d’intégration de leurs usines.

Selon le même responsable, 500.000 véhicules devraient êtres assemblés en Algérie à l’horizon 2021-2022.

Par ailleurs, le représentant du ministère de l’Industrie et des Mines, a annoncé l’organisation, les 5 et 6 mars prochains, des premières Journées techniques nationales de la sous-traitance automobile.

Plus de 500 participants prendront part à cette rencontre, « la première du genre », souligne M. Abdelkrim, qui sera une occasion, ajoutera-t-il, « pour écouter les préoccupations des sous-traitants et créer des relations d’affaires, avec certainement des contrats qui vont être signés à la fin de ces journées techniques ».

(avec Radio nationale)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*