Infos dernières

Assurance auto en Algérie

Les assureurs veulent améliorer leur image auprès des automobilistes

Les compagnies d’assurances ont récemment mis en place de nouvelles mesures pour accélérer le règlement des indemnisations des sinistres automobiles, a annoncé, mercredi à Alger, le président de l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance (UAR), Brahim Djamel Kessali.

Dans ce cadre, les assureurs ont signé deux conventions inter-compagnies visant, d’abord, à assainir le passif des dossiers non réglés et à asseoir des mécanismes de remboursement systématique des recours, a indiqué M. Kessali lors d’un séminaire sur la modernisation de l’assurance automobile en Algérie.

Entrée en vigueur en septembre dernier, la première convention, appelée « convention d’assainissement des recours au coût moyen », consiste à traiter les stocks des dossiers en suspens que les assureurs tiennent à résorber.

Cette opération devrait permettre le règlement, avant fin juin 2016, de tous les dossiers stockés depuis cinq (5) ans, a promis ce responsable qui prévoit déjà l’indemnisation à la fin novembre en cours de tous les sinistres automobiles de l’année 2010.

Quant à la deuxième convention, intitulée « convention interentreprises de règlement des sinistres automobile matériels », elle contient de nouveaux mécanismes de remboursement systématique des recours qui seront appliqués à partir de janvier 2016.

Pour cette convention, les assureurs sont actuellement en discussion avec le ministère des Finances pour avoir son accord et entamer l’opération en janvier 2016, a précisé le président de l’UAR.

Pour M. Kessali, également P-dg de la Compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR), le rythme d’indemnisation de l’assurance automobile en Algérie demeure toujours faible malgré les efforts consentis par les compagnies d’assurance durant ces dernières années.

« La cadence des règlements reste en décalage par rapport au nombre croissant des accidents enregistrés causant ainsi une accumulation des stocks de sinistres à payer », a-t-il relevé.

Par conséquent, a-t-il reconnu, « la confiance dont devrait bénéficier l’assureur auprès des assurés a été indéniablement altérée », en mettant en exergue l’impact négatif des retards de règlement des sinistres sur le développement du marché des assurances.

La signature de ces deux conventions devrait permettre d’améliorer la gestion de l’assurance automobile, principale branche du marché des assurances en Algérie, a estimé, de son côté, le directeur des assurances au ministère des Finances, Kamel Marami.

En 2014, le montant d’indemnisation des sinistres-automobiles a atteint 44,8 milliards de DA contre 40,5 milliards de DA en 2013, soit une hausse de 10%, selon les données de l’UAR.

Ce chiffre représente 75% du montant global des sinistres réglés par les assureurs toutes branches confondues.

Chaque année, les assureurs enregistrent plus d’un million de déclarations de sinistres en raison de l’augmentation continue des accidents de la route avec 25.000 à 30.000 accidents corporels par an.

L’assurance automobile constitue la principale branche du marché des assurances avec plus de 52% de parts du marché et a enregistré une progression régulière de 12% durant ces cinq dernières années en raison de l’accroissement du parc automobile national.

Pour le premier trimestre 2015, l’assurance automobile a réalisé une production de 36,25 mds DA, en hausse de 2,72% par rapport à la même période de 2014.

(APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*