Infos dernières

De nouvelles unités spécialisées de la gendarmerie pour une couverture optimale du réseau routier

La Gendarmerie nationale ne lésine sur « aucun moyen » pour assurer une couverture sécuritaire « plus efficace » des réseaux routiers, a affirmé lundi à Alger le commandant de ce corps de sécurité, le général major Menad Nouba.

« Notre vision s’articule autour d’une couverture sécuritaire plus efficace des réseaux routiers, accomplie grâce à la création de nouvelles unités spécialisées, à savoir les escadrons, les sections et les brigades de sécurité routière et les pelotons des autoroutes », a déclaré le général major à l’occasion du séminaire international sur la « toxicologie médicolégale et son importance dans la prévention routière ».

Il s’agit aussi, dans ce cadre, du « redéploiement d’autres unités dans le temps et dans l’espace et l’implication des formations aériennes de la Gendarmerie nationale dans la surveillance du réseau routier », a-t-il relevé.

« Ce maillage sécuritaire a été également consolidée par le Centre d’information et de coordination routière de la Gendarmerie nationale, équipé de moyens techniques très développés et relié à un vaste réseau de caméras pour la surveillance de la circulation, la récolte et le traitement des informations sur le trafic routier », a-t-il ajouté.

Le général major a indiqué, d’autre part, que l’Institut national de criminalistique et de criminologie « contribue largement au renforcement des capacités d’analyse et d’expertise, en couvrant 124 prestations de services dans les différentes disciplines criminalistiques, et 79 formations de pointe, de courtes et moyennes durées, pour répondre aux doléances de la communauté criminalistique nationale, y compris dans les domaines de l’accidentologie et la toxicologie ».

« Ces efforts consentis par la Gendarmerie nationale sont appuyés par la formation et la qualification de la ressource humaine spécialisée, notamment les experts et les techniciens accidentologues qui sont déployés à travers le territoire national pour une meilleure qualité des enquêtes afin de garantir les droits des victimes ».

Il a rappelé, aussi, la mise en place, depuis mars 2015, d’un « dispositif banalisé au moyen de véhicules et de motos, la multiplication des points de contrôle, l’acquisition d’équipements techniques modernes (radars, systèmes de détection des véhicules recherchés et caméras de surveillance), et la généralisation du dépistage à l’aide d’appareils homologués (alcootests, éthylotests et éthylomètres), pour une action préventive qui cible les causes génératrices des accidents de la circulation routière ».

Le général major a souligné, en outre, l’intensification par la Gendarmerie nationale de ses « actions de prévention dans le domaine de la sécurité routière en contribuant à l’organisation des campagnes de sensibilisation dans les milieux scolaires et au profit des usagers de la route, notamment à travers les différents médias écrits et audiovisuels ».

Il a indiqué que depuis 2011, les appels ayant trait au numéro vert (10 55) pour signaler les délits routiers et aux fins d’aide et assistance en cas d’accidents de la circulation routière, « a permis aux unités spécialisées d’effectuer plus de 112.000 interventions ».

Il a cité aussi le lancement récemment par les services de la Gendarmerie nationale du site Internet « Tariki », qui, a-t-il dit, « représente un acquis important au bénéfice des usagers de la route, pour leur permettre de s’enquérir de l’état de la route et de la circulation routière ».

Sur le plan de l’ouverture sur le milieu universitaire et le monde de la recherche scientifique, il a indiqué que la Gendarmerie nationale a développé plusieurs partenariats avec les universités algériennes.

« Cette collaboration scientifique avec l’université s’est également concrétisée par la participation active des cadres de la Gendarmerie nationale dans le lancement de projets de recherche en lien avec le thème de la sécurité routière et l’apport des sciences de la criminalistique, en vue de cerner scientifiquement le phénomène des accidents de la circulation routière et proposer les pistes à même de résorber ce fléau », a-t-il précisé.

Le commandant de la Gendarmerie nationale a indiqué, par ailleurs, que « malgré les efforts de lutte consentis par l’Etat depuis plusieurs années, la courbe statistique des accidents de la circulation demeure ascendante et les chiffres relatifs à ce phénomène attestent de la gravité de la situation ».

« En effet, l’Algérie compte malheureusement parmi les pays qui enregistrent un nombre important de victimes des accidents routiers et il s’ajoute à ce malheur un coût économique et financier lourd à la charge de l’Etat », a-t-il relevé.

Pour le général major, « la Gendarmerie nationale, qui exerce ses missions de la police de la route sur 85% de la totalité du réseau routier national, conçoit la sécurité routière en tant qu’approche globale, fondée sur une logique de partenariat ».

(APS)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*