Infos dernières

Des “boites noires” pour le camions et les bus

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjemaâ Talai, a annoncé mardi dernier qu’il soumettra bientôt au Gouvernement un nouveau décret exécutif sur l’acquisition du “tacographe” pour le contrôle des bus et camions de transport sur les routes.

Le tacographe est considéré comme la boite noire où sont enregistrées toutes les informations concernant le véhicule au moment de sa circulation dont la position du conducteur, la vitesse et l’état technique, a indiqué M. Talai qui répondait aux membres du Conseil de la nation lors d’une plénière présidée par Abdelkader Bensalah, son président, consacrée au débat de la loi modifiant et complétant la loi n°01-14 en date d’août 2001, relative à l’organisation, la sécurité et la police de la circulation routière.

Il a précisé à ce propos, que l’utilisation du tacographe permettra de “déterminer les causes à l’origine des accidents en vue de tenter de réduire le bilan annuel alarmant estimé à 4 400 morts et 55 000 blessés outre un montant de 120 milliards de DA de pertes financières du Trésor réparties entre les secteurs de la santé, de l’Intérieur et autres.

Il a rappelé que le code de la route de 2001 avait prévu la mise en place obligatoire de cet appareil dans les bus pour contrôler le conducteur, la vitesse et l’état technique des véhicules.

En 2016 et en vue de renforcer cette mesure, le ministre avait présenté devant le Gouvernement un décret exécutif pour expliquer l’opération de contrôle des camions et des bus de transport des voyageurs connu sou le nom de “tacographe” et règlementer son utilisation.

La décision finale aura opté pour le “report de cette opération car le citoyen n’étant pas préparé à l’utilisation de cet appareil”, a-t-il dit avant d’estimer nécessaire de doter le bus ou le camion de cet appareil au moment de l’achat.

D’autre part, M. Talai a fait remarquer que “cet appareil technique aide les responsables du secteur à lutter contre les délits routiers et les causes à l’origine des accidents pour réduire les pertes humaines et matérielles et à durcir le contrôle des véhicules”.

Les textes d’applications sur les nouvelles loi publiés rapidement:

Il a affirmé à cet effet, que “toutes les préoccupations posées seront prises en charge par les membres du Conseil de la Nation lors de l’élaboration des textes d’application et qui seront publiés urgemment pour remédier à ce phénomène”.

Par ailleurs, le ministère envisage la révision des conditions d’obtention du permis de conduire et celles requises pour la candidature des moniteurs de conduite et régies par des critères nationaux et internationaux fermes conformément au décret modifié et complété et qui confère au citoyen le droit de conduire pendant son séjour à l’étranger.

Le secteur s’emploie également à créer des stations de pesage fixes et mobiles pour le contrôle des bus dont la charge dépasse le poids autorisé et exiger la formation professionnelle des conducteurs des transports pour voyageurs et marchandises, a-t-il renchéri.

Actuellement, le secteur se penche sur l’élaboration de décrets et décisions interministériels dont les derniers en date avec le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales aux fins de définir les mécanismes d’éliminer les ralentisseurs posés anarchiquement et sans respect des critères techniques et le décret exécutif avec le secteur de l’éducation pour l’introduction de l’éducation routière dans les programmes scolaires.

(avec APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*