Infos dernières

Formule E, Grand Prix de Malaisie: di Grassi offre la victoire à ABT Audi

Après une première manche (en Chine, le 24 octobre dernier) dominée par les deux Renault-e.dams de Sébastien Buemi (pole position, record du tour en course et victoire) et de Nicolas Prost (en bagarre pour la troisième place jusqu’à ce qu’une vis de son aileron arrière lâche, le contraignant à l’abandon), les équipes engagés en Formula E sont arrivés en Malaisie pour en découdre.

Premier coup de théâtre sur la ligne de départ : le moteur électrique de la Venturi de Sarrazin, alors en première ligne, ne part pas. Elle est poussée vers les stands, et le français reprendra la course en dernière position avec un tour de retard. Dès le premier virage, Jean-Eric Vergne (DS Virgin-Racing), est pris en sandwich entre Nick Heidfeld (Mahindra) et Jacques Villeneuve (Venturi). Direction tordue, et fin de la course pour le français. A l’avant, alors qu’il commençai à s’échapper, Buemi voit sa monoplace s’immobiliser, puis repartir, au 16ème tour. Il décide alors de changer de voiture, et Nicolas Prost, devenu leader lui emboîte le pas. Mais au 21ème tour il connaitra les mêmes déboires que Buemi, sa monoplace présentant une défaillance au niveau du système de management de la batterie. Il finira 10ème, et Buemi 12ème. Cet épisode fera les affaires de Lucas di Grassi (Abt Schaeffler- Audi Sport) qui finit par prendre le commandement des opérations, s’adjugeant ainsi sa première victoire cette saison, devant Sam Bird, qui offre quant à lui son premier podium à DS- Virgin Racing, et le rookie hollandais Robin Frijns, qui créé la surprise à bord de son Andretti. Mais l’homme du jour restera néanmoins Stéphane Sarrazin, qui parviendra grâce à une bonne gestion de sa voiture après un départ retardé, à remonter de la 18ème à la 4ème place.

Alors que plusieurs voitures ont été victimes de défaillances de batterie ou de leur logiciel d’exploitation, on apprenait que Williams, qui fournit l’ensemble du plateau, a livré des nouvelles batteries à certaines équipes, lesquelles seraient équipées d’une puce permettant de plafonner ou de dégrader (c’est selon) leurs performances au niveau des anciennes. Dans le paddock, certains observateurs pointaient déjà du doigt cette puce, qui aurait généré la mise en mode dégradé de la chaîne de traction de certaines voitures sans raison réelle. En dehors du fait qu’il est permis de se demander pourquoi Williams a livré seulement quelques écuries, afin que chacun ait exactement la même batterie, « Il faudra faire la lumière sur le sujet pour que cela ne reproduise plus » indiquait un Nicolas Prost amer après la course. Du côté de la FIA, on précise que la Formula E est une très jeune discipline, hyper technologique, et que si des progrès doivent être réalisés c’est précisément le rôle d’un sport mécanique. L’affaire reste donc à suivre.

La prochaine manche du championnat de Formula E aura lieu le 19 décembre à proximité de la place de Punta Del Este, en Uruguay.

(auto-moto)

Résultats du Grand Prix de Malaisie:

1 – Lucas Di Grassi (Abt Schaeffler FE01) ABT Audi – Les 33 tours en 50’17’’449/1000

2 – Sam Bird Sam Bird (Virgin DSV-01) DS Virgin, à 13″884

3 – Robin Frijns (Spark SRT_01E) Andretti, à 29″776

4 – Stephane Sarrazin (Venturi VM200 FE01) Venturi, à 32″628

5 – Bruno Senna (Mahindra M2Electro) Mahindra, à 34″404

6 – Antonio Felix Da Costa (Spark SRT_01E) Aguri, à 36″925

7 – Daniel Abt (Abt Schaeffler FE01) ABT Audi, à 37″283

8 – Nelson Piquet (Nextev TCR 001) NEXTEV TCR, à 40″623

9 – Nick Heidfeld (Mahindra M2Electro) Mahindra, à 52″904

10 – Nicolas Prost (Renault Ze15) Renault e Dams, à 53″695

11 – Jacques Villeneuve (Venturi VM200 FE01) Venturi, à 58″698

12 – Sebastien Buemi (Renault Ze15) Renault e Dams, à 1’07″728

13 – Simona De Silvestro (Spark SRT_01E) Andretti, à 1’24″464

14 – Jerome D’Ambrosio (Venturi VM200 FE01) Dragon, à 1 tour

15 – Nathanael Berthon (Spark SRT_01E) Aguri, à 1 tour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*