Infos dernières

Gardiens de parking hors la loi!

Décidément stationner son véhicule dans une des grande ville d’Algérie est devenu un calvaire pour la plupart des automobilistes. Les gardiens de parking y font la loi, chacun, dans son tronçon de trottoir ou de terrain vague.

A l’image des monarques régnant sur leur royaume, ces énergumène imposent le tarif, l’endroit, la durée de stationnement et même parfois la manière de stationner. Et gare au récalcitrant parmi les automobilistes, le gourdin est bien mis en évidence et si le besoin se fait sentir, le « parkingueur » n’hésite pas à ameuter ses complices, en maraude dans le coin!

Face au ras le bol des citoyens, les pouvoirs publics essaient d’endiguer ce phénomène, avec plus ou moins de réussite. En effet les gardiens de parking, « entrés dans la légalité », ne font aucun cas des clauses du contrat qui leur donne droit d’exercer ce métier.

Le document que signent les deux parties, l’administration et le futur gardien de parking, a une durée de une année, devant être renouvelé à son échéance. Ayant eu entre nos mains un tel document, nous avons noté qu’il stipule, en gros, que le gardien doit porter un dossard distinctif, facturer à 50 dinars le stationnement, sans limitations de la durée de l’arrêt, et fournir un ticket au client (document fourni par l’une des commune d’Alger). Cependant le gros des zones de stationnement ne répondent pas à ce cahier de charge puisque non seulement les gardiens ne portent aucun signe indiquant qu’il sont autorisé à exercer ce métier mais ils vous imposent un tarif de 100 dinars par heure de stationnement. et cerise sur le gâteau aucun ticket ne vous ai remis.

Il est donc nécessaire de se demander à quoi cela sert-il de légaliser une profession de service public par excellence si le suivi de l’application du cahier de charge n’est pas réalisé.

Laisser faire les « parkingueurs », théoriquement légalisés, sans imposer l’application des clauses du contrat qu’ils ont signé nous ramène à la situation antérieur et le premier à en souffrir restera l’automobiliste à la recherche d’une place ou garer son véhicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*