Infos dernières

Le groupe français PSA quitte l’Iran pour parer aux sanctions US

Suite au de Washington de l’accord nucléaire international, le constructeur automobile français PSA a commencé à suspendre ses activités de joint-venture en Iran pour éviter des sanctions américaines.

Dans ce cadre, les grandes entreprises françaises actives en Iran, dont le grand pétrolier Total, luttent pour obtenir des dérogations aux sanctions imposées par l’administration américaine du président Donald Trump.

“Le groupe a commencé à suspendre ses activités de coentreprise, pour etre, d’ici le 6 aout 2018, en conformité avec la loi américaine”, a déclaré PSA dans un communiqué publié lundi.

“Avec le soutien du gouvernement français, le Groupe PSA s’engage avec les autorités américaines à envisager une dérogation.”

Les signataires européens font tout pour sauver l’accord international, qui vise à protéger le commerce avec l’Iran en échange de la réduction du programme nucléaire du pays.

avant ces nouvelles sanctions US, PSA et le groupe Renault ont rapidement signé de nouveaux accords de production pour améliorer leurs partenariats avec Iran Khodro et SAIPA, deux entreprises iraniennes versées dans l’industrie automobile.

Par ailleurs, des contrats de production d’une valeur de 700 millions d’euros  ont été signés par PSA, tandis que Renault a annoncé un nouvel investissement pour augmenter sa capacité de production à 350.000 véhicules par an.

Minimisant sont retrait d’Iran, PSA indique dans son communiqué que la suspension de ses coentreprises ne modifie pas les orientations financières actuelles de PSA, ajoutant que ses activités iraniennes représentaient moins de 1% de son chiffre d’affaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*