Infos dernières

Importation de véhicules neufs: Signature aujourd’hui des licences

Nous venons d’apprendre que les licences d’importations seront octroyé demains aux concessionnaires. En effet, Saïd Djellab, directeur général du Commerce extérieur auprès du ministère du commerce, a déclaré sur les ondes de la radio algérienne que les licences d’importation automobile seront signées aujourd’hui 08 mai 2016 pour êtres ensuite remises aux concessionnaires demain 09 mai 2016.

Le même responsable du ministère du commerce a indiqué que le plafond des importations de véhicules en valeurs sera de 1 milliards de dollars alors que chaque concessionnaire pourra importer un quota maximal de 15.000 automobiles. Sans cependant dépasser la valeur maximale qui lui a été attribuée. Le même responsable a encore révélé qu’ils ne sont que 40 concessionnaires ont été retenus sur les 80 postulants.

Ces licences qui pourraient être récupérées par les concessionnaires retenus dès lundi 9 mai auprès des Directions du commerce des wilayas, a encore indiqué Saïd Djellab.

Concernant les nouveaux concessionnaires, ils bénéficieront, durant leur première année d’activité, d’un quota de 300 unités par opérateur au lieu du plafond de 15.000 véhicules/an pour chacun des concessionnaires déjà en exercice.

Mais, a-t-il ajouté, ces primo-concessionnaires devront attendre l’année 2017 pour obtenir les licences puisque le quota global annuel de 152.000 véhicules pour 2016 « est déjà épuisé ».

Donnant plus de détails sur le processus du traitement des demandes des licences,  M. Djellab a expliqué que le Comité chargé de leur délivrance avait pris en considération plusieurs critères dont essentiellement l’agrément,  le respect du cahier des charges et la situation fiscale.

Selon lui, le quota-plafond par concessionnaire de 15.000 unités/an a également été fixé en fonction des marques et des constructeurs ainsi que des pays de provenance des véhicules.

« Nous avons fait en sorte que les importations en provenance d’un seul constructeur ne dépasse pas le seuil de 15.000 unités/an », a détaillé le même responsable.

Dans ce sens, le responsable du ministère a ajouté qu’en plus du quota, chaque concessionnaire est tenu de respecter une valeur-plafond en terme d’importation: « Si nous fixons uniquement la quantité-plafond (par concessionnaire) et nous ne fixons pas de valeur-plafond (pour chaque concessionnaire), le dispositif n’aura pas de sens, puisque son objectif principal est surtout de rationaliser la facture des importations en limitant la sortie des devises ».

Rappelons que le dispositif des licences d’importation des véhicules concerne uniquement les véhicules touristiques et ceux du transport de personnes (dix personnes ou plus) et de marchandises. Les engins de travaux publics ainsi que les véhicules importés par des professionnels à titre individuel, c’est-à-dire pour le fonctionnement de leurs entreprises, ne sont pas soumis à ce régime d’importation.

Il y a quelques jours Bakhti Belaib, ministre du commerce a déclaré qu’une valeur limite des véhicules à importer sera fixée pour chaque importateur: « Nous sommes en phase de définition des mesures relatives à l’importation des véhicules. Parmi les mesures principales, il y a l’imposition d’un plafond en valeur à ne pas dépasser pour chaque concessionnaire ».

D’après M.Belaib, cette mesure vise à lutter contre la surfacturation des véhicules importés par les concessionnaires: « Cette mesure est très importante. Il faudrait que nous connaîtrions les coûts d’importation. D’autant plus que nous avions déjà constaté que ces coûts en devises étaient souvent plus élevés par rapport au pays d’origine », a-t-il déclaré.

Selon le même responsable, « les transactions sont souvent douteuses » et le contingent quantitatif, fixé à 152.000 unités pour l’année 2016, n’est pas suffisant à lui seul pour contrôler et réguler cette activité. D’où la nouvelle limite en valeur qui sera imposée aux opérateurs.

Le ministre du commerce précise qu’un concessionnaire qui a obtenu un quota de 3.000 unités doit aussi respecter la valeur fixée dans la licence « car s’il se contente d’importer les véhicules de luxe, cela augmentera la facture d’importation », a-t-il expliqué.

(DZMOTION/APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*