Infos dernières

Industrie automobile: La sous-traitance élément important de la stratégie de l’état algérien

La sous-traitance dans le secteur de l’industrie automobile constitue un élément important de la stratégie du gouvernement. C’est à ce titre qu’un haut responsable au ministère de l’Industrie et des mines a indiqué que les  textes d’application des mesures d’incitation à l’activité de sous-traitance dans la filière de production de véhicules ont été finalisés récemment.

Ces incitations, prévues essentiellement par la loi de finances 2017, vont amener les investisseurs en activité ou potentiels à opter davantage pour la sous-traitance dans le secteur mécanique, a expliqué le conseiller au cabinet de ce ministère, Mustapha Abdelkrim, sur les ondes de la Radio nationale.

En outre, les détails des taux progressifs d’intégration nationale seront fixés par un arrêté interministériel qui a également été finalisé, selon le même responsable qui a précisé que le calcul de ces taux prendrait en considération le nombre d’emplois créés par les usines de montage.

Abdelkrim a rappelé, dans ce sens, qu’en vertu du cahier des charges publié en décembre dernier, toute société de production et de montage est tenue à atteindre un taux d’intégration minimum de 15% après la troisième année d’activité et de 40% à 60% après la cinquième année.

Ce même cahier des charges exige des constructeurs des véhicules, qui seront obligatoirement partenaires dans les usines de montage, de fournir une liste des sous-traitants qui vont accompagner leurs projets en Algérie.

“La liste peut nous faire gagner beaucoup de temps puisque les sous-traitants seront déjà homologués par le constructeur”, a-t-il avancé.

Selon le même responsable, ces mesures visent à asseoir une “véritable industrie automobile” permettant de réduire sensiblement la facture d’importation, ajoutant que le montage de véhicule n’est jamais une fin en soi.

 

Dans ce sens, il a considéré qu’avec l’augmentation progressive des taux d’intégration, la facture d’importation sera appelée à baisser, tout en relevant l’intérêt exprimé par  plusieurs équipementiers étrangers à venir s’installer en Algérie.

Sur ce point, il a fait savoir que plusieurs conventions de partenariat avec des équipementiers sont prévues en marge des Journées techniques sur la sous-traitance mécanique prévues les 5 et 6 mars prochain à Alger.

Selon les chiffres avancés par M. Abdelkrim, l’Algérie compte quatre (4) usines de production de véhicules du tourisme, trois (3) autres de fabrication de camions et quatre (4) pour les engins de travaux publics et les motocycles.

“Ces usines en activité ont été validées mais elles doivent, tout de même, déposer leurs dossiers auprès des instances habilitées pour approbation, et se conformer aux dispositions du cahier des charges pour qu’elles puissent être validées définitivement”, a-t-il indiqué.

La liste des sociétés agréées pour l’activité de montage de véhicules restera ainsi ouverte et peut évoluer “en fonction des besoins du marché et de la politique du gouvernement”, a poursuivi M. Abdelkrim.

(avec APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*