Infos dernières

Industrie automobile-Usine Peugeot: Jean-Christophe Quémard met les points sur les “i”

Beaucoup de choses ont été dites sur le projet de la future usine PSA (Peugeot-Citroën), certaines plus fantaisistes que d’autres.

Jean-Christophe Quémard, directeur zone Afrique-Moyen-Orient et membre du directoire du groupe PSA, a apporté quelques précisions sur ce sujet dans un entretien qu’il a accordé à nos confrères du quotidien El Watan.

M.Quémard dément en premier lieu l’information qui affirmait que la future usine sera approvisionnée en pièces de rechange importées d’Iran. Pour lui cette affirmation, qui provient pourtant d’un responsable iranien, n’a aucun fondement. Pour lui, “les pièces qui vont servir au démarrage dans l’usine d’Oran proviendront majoritairement des pays européens. Il est possible qu’il y ait des pièces qui vont venir d’autres pays, mais de toute façon, c’est dans le cadre d’un objectif qualité qui reste inchangé”.

Il déclarera, toutefois, que “il est également exact qu’on a incité les fournisseurs iraniens qui travaillent sur le projet en Iran à étudier une implantation en Algérie. Car, parmi les fournisseurs iraniens, il y a d’excellentes entreprises de très bon niveau de technologie et que je qualifierai de classe internationale et qui veulent se développer en dehors de l’Iran et qui ont plutôt bien accueilli cette suggestion”.

Selon le même responsable et en ce qui concerne la sous-traitance, il a déclaré que “la semaine dernière une importante réunion d’information en France, où on a réuni plusieurs dizaines de nos fournisseurs traditionnels. Une rencontre a été organisée sous l’égide de la FIEV (Fédération des industries des équipements pour véhicules), qui a été également soutenue par l’ambassade d’Algérie en France et à laquelle ont pris part plusieurs hauts responsables du ministère de l’Industrie. Donc lors de cette réunion officielle, on a présenté notre projet à l’ensemble des fournisseurs”. Il a rajouté: “une dizaine d’entre eux ont commencé à travailler sur leur implantation en Algérie. A ce titre, on va lancer très prochainement de manière officielle des consultations, c’est-à-dire envoyer un appel d’offres à un certain nombre de fournisseurs en pièces en stipulant qu’ils doivent avoir leur localisation en Algérie et si c’est possible à proximité de notre site”.

M.Qémard a, en outre indiqué, que le démarrage de l’usine et les premiers véhicules assemblés se fera en 2018 sans donner plus de précision. Il a également tenu à infirmé, les déclaration de M.Benhamadi dont la société est partenaire du projet, comme quoi 10.000 véhicules seront produits en 2018 et que leurs prix serait de 15% moins cher que ceux des automobiles importés. “Avec ce dispositif, on va produire un certain nombre de véhicules, mais aujourd’hui je ne suis pas en mesure de vous donner de chiffre. Alors, si quelqu’un a dit 10 000, cela n’engage que lui et non le constructeur. Je ne confirme pas le chiffre des 10 000”, a-t-il dit.

Il reste également prudent sur les modèles devant être assemblés à Oran. “Je suis prudent pour deux raisons. Premièrement, parce qu’on a des concurrents et qu’il est important de ne pas communiquer des informations sensibles. Deuxièmement, il est clair que les véhicules qu’on va produire sont ceux que les consommateurs algériens préfèrent”, a-t-il déclaré à El Watan.

Mais pour lui les Peugeot 208, 301 et la Citroën C-Elysée sont les modèles qu’il serait logique d’assembler en Algérie vu qu’ils correspondent aux attentes des clients algériens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*