Infos dernières

Infrastructures routières: coup d’accélérateur pour la rocade reliant Ain Defla à Bordj Bouareridj

Pour relancer le chantier de la rocade reliant Ain Defla à Bordj Bouareridj, le ministre des Travaux Publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, s’est deplacé lundi à Aïn Soltane (Aïn Defla) pour tenter de lever les contraintes freinant le bon déroulement du projet.

“Il est absolument nécessaire de lever les contraintes freinant le bon déroulement du projet de la 4ème rocade reliant Khémis Miliana à Bordj Bou Arreridj afin qu’il soit opérationnel dont les délais fixés” , a indiqué M. Zaâlane qui inspectait le tronçon de la wilaya d’Aïn Defla par lequel passe ce projet.

Il a, dans ce cadre, noté que des opérations telles notamment l’indemnisation des agriculteurs et le déplacement des lignes de haute tension requièrent une grande importance.

Faisant état d’un taux d’avancement global du projet de l’ordre de 55%, il a noté que celui-ci est d’autant plus important qu’il relie l’ouest à l’est du pays sur plus de 300 km de Khémis Miliana en passant par  Boughezoul (Médéa) jusqu’à Bordj Bou Arreridj.

“Le fait qu’il permette aux poids lourds notamment d’éviter la capitale assurera à ces derniers un gain de temps de même qu’il permettra la préservation du patrimoine autoroutier et, par ricochet, la diminution des  charges d’entretien” , a-t-il soutenu.

“Son importance réside également dans le fait qu’il permettra le désenclavement de plusieurs localités qu’il traverse”, a-t-il dit, faisant remarquer qu’à hauteur de Boughezoul (Médéa), il assurera la jonction avec la RN 1, qui elle-même dessert le grand sud.

S’attardant sur la route nationale (RN) 1 s’étalant sur plus de 800 km, il a mis l’accent sur son caractère névralgique , faisant état de travaux de dédoublement se poursuivent jusqu’aux frontières avec le Niger en passant par Aïn Salah et Tamanrasset.

“Outre le fait qu’elle nous permet d’accéder à l’Afrique et aux pays voisins, cette route assurera le désenclavement de nombre de wilaya du pays par lesquelles elle passe”, a-t-il noté, rappelant que jusqu’à un passé récent, les gens mettaient jusqu’à 9 heures pour se rendre de Djelfa à Alger.

La nécessité de rentabiliser la RN 1 a été mise en évidence afin qu’elle joue pleinement le rôle qui lui est dévolue notamment en matière de la dynamisation de l’économie et des échanges commerciaux.

(avec aps)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*