Infos dernières

Iran-USA: Sale temps pour Renault et Peugeot

Depuis que les Etats-Unies d’Amérique se sont retirés, hier 09 mai 2018, de l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, les choses semblent se précipiter pour les entreprises étrangères qui travaillent en Iran.

En effet, la décision du président Donald Trump de retirer les USA de l’accord sur le nucléaire iranien a pour conséquence le rétablissement des sanctions concernant les entreprises américaines mais aussi les sociétés européennes qui avaient recommencé à commercer avec Téhéran, parmi elles les 2 constructeurs automobiles français Renault et PSA.

Intransigeants, les américains demandent à ce que les entreprises européennes se conforment elles aussi au rétablissement des sanctions. Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton a fait savoir que le rétablissement des sanctions américaines était effectif immédiatement pour ce qui est des nouveaux contrats, précisant que les entreprises déjà engagées en Iran auraient quelques mois pour en sortir. Selon le trésor américain, ce délais ne saurais dépasser les  3 à 6 mois.

Il faut savoir que Renault est Peugeot sont bien implantés en Iran. Leurs relations remontent à loin. Pour preuve, la marque au losange a vendu pas moins de 160.000 voitures dans ce pays en 2017. Le constructeur français sera touché de plein fouet par la décision des USA.

De son coté le groupe PSA est quant à lui, à l’image de Renault, déjà bien implanté en Iran. Il dispose d’une part de marché remarquable de 30%. La décision américaine aura également un grand impact sur les investissement du groupe français en Iarn.

En 2017 la marque au lion a investi 200 millions d’euros en cinq ans, comme Khodro, un partenaire de trente ans, pour moderniser une usine située à quelques kilomètres à l’ouest de Téhéran.

L’usine produit des Peugeot 208, 2008 et 301, elle dispose d’une capacité de production de 200.000 véhicules par an.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*