Infos dernières

Journée ordinaire aux services des mines

Tout a commencé quand, suite au passage au contrôle technique, il s’est avéré qu’il manquait un chiffre sur le numéro de châssis mentionné sur la carte grise. On se dit que cela arrive à tout le monde, un petit tour aux services des cartes grises de la daira et le problème sera réglé.

Sur place, on note une affluence raisonnable au niveau des deux guichets de la daira de Bouzareah. Mis au courant du problème, l’agent nous explique que la rectification ne sera pas faite aussi facilement qu’on le pensait puisqu’il faut tout d’abord retirer la fiche de contrôle du véhicule, faire constater l’erreur par l’ingénieur des mines pour ensuite redeposer un dossier à la daira pour pouvoir récupérer la carte grise corrigée.

La fiche de contrôle récupéré en une heure et quelques il est déjà 11h, plus le temps d’aller au services des mines qui se trouve à Baraki d’autant plus qu’il ne reçoit que le matin. On prend notre mal en patience et jugeons que demains sera un autre jour.

Avisés par des amis sur l’affluence importante qui sollicite cette administration, on se dit qu’il vaut mieux y être tôt le matin. Un passage par google map s’impose pour repérer l’itinéraire à prendre pour rejoindre les mines à Baraki et nous y sommes à 6h et demi du matin. Le choc! une file interminable de voiture est stationnée aux abords de cette administration. On se demande si les premiers de la file n’ont pas passé la nuit sur place. On décide de rejoindre la queue dont on ne voit vraiment pas le bout et croyez le ou pas, on la rejoint au bout d’une heure à El-Harrache! Au moins 200 voitures sont devant nous! La première réaction qu’on a est de faire demi-tour et revenir demain beaucoup plus tôt, mais bon, la journée est perdue autant tenter le coup et attendre.

Le temps passe vite puisque des petit groupes d’automobilistes se forment et la discussion est facile, chacun raconte ses tourments en mode dérision. La file avance lentement mais surement à tel point que vers 11h ont se retrouve face au portail du service des mines. Enfin on est au bout du calvaire quand un jeune à la mine “parkingueur” nous somme de lui payer 100 dinars. A notre interrogation sur le pourquoi de la chose, il répond avec agressivité: “Taa la chaine” (traduire: C’est pour la chaine). Content d’être arrivés au bout de nos peine et un peu lâche sur les bords nous obtempérons à l’injonction de l’olibrius.

A l’intérieur il faut encore payer 500 dinars au préposé de cette administration, qui nous refile un bon et nous indique l’endroit où nous mettre pour attendre l’ingénieur.  Bien sur Monsieur l’ingénieur prend tout ses aises pour se manifester et vérifier ce maudit numéro de châssis. Enfin il est là, la rectif faite au stylo bille on doit encore se diriger vers un autre guichet pour tamponner le document. Il est midi trente et on n’y revient de constater que c’est enfin terminé. Comme de juste, on ne peut pas aller à la daira pour déposer notre dossier parce que je vous le donne entre mille, le dépôt ne se fait que le matin. Évidemment!

Le lendemain arrivé à Bouzareah, une autre surprise nous attend. Après avoir déposer un dossier complet de rectification du numéro de châssis de la carte grise, on se voit signifier que pour  le retrait dudit document rectifié il faudra attendre quelques temps pour le récupérer. Pourquoi? Eh bien parce que la rectification doit être transmise aux services des mines de la wilaya pour qu’elle revienne à la daira! (compter plusieurs semaines, selon un citoyen rencontré sur place et ayant eu le même problème). Et on nous demande de rester zen après tout cela!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*