Infos dernières

La situation des motos mise en fourrière à Alger sur le point d’être réglée

Plus de 1000 motocycles saisis au niveau des  fourrières de la wilayas d’Alger ont été régularisés et restitués à leur  propriétaires au cours de cette année, a-t-on appris mercredi auprès de la  Direction des Transports de la wilaya d’Alger.

La commission en charge de ce dossier, regroupant des représentants de la  wilaya, du Service des mines et du ministère du Transport, se penche sur  les dossiers restant des motocycles saisis pour irrégularité de documents,  a indiqué Hamadi Omar, chargé de la prévention et de la sécurité routière à  la Direction des Transports de la wilaya d’Alger en marge de l’ouverture du  salon des 2 roues d’Alger (Almoto 2017), qui se tient à l’esplanade de  Riadh El Feth du 16 au 20 mai 2017.

Le ministère du Transport prépare, avec le concours des différents corps  de sécurité et de prévention, un arsenal de nouvelles lois visant à  protéger les conducteurs de 2 roues, a fait savoir M. Hamasi, ajoutant que  le Ministère a rappelé aux importateurs l’importance de la “qualité” pour  la sécurité des utilisateurs de ce moyen de transport.

Il a appelé, dans ce sens, les compagnies d’assurance à réfléchir à “des  moyens adéquats” permettant à ces conducteurs d’assurer leurs  motocyclistes. Dans ce contexte, M. Said Ferrani, cadre d’une compagnie d’assurance  privée a indiqué que le problème qui se pose généralement aux compagnies  d’assurance c’est “la rentabilité de l’assurance” de tels véhicules qui  sont sujets à des accidents répétés, relevant que sa compagnie avait mis en place une formule “motocycliste” qui comprend la responsabilité civile et  la couverture des risques à l’exception du vol et l’incendie.   La wilaya d’Alger compte vingt-six (26) autoécoles dispensant des cours de  conduite de différentes catégories de motocycles sous la supervision de  moniteurs, a ajouté M. Hamadi.

Pour M. Khemici Samir, un des exposants et initiateur de la campagne de  sensibilisation “Stop agressivité routière”, il existe un problème  d'”imprudence” chez les jeunes conducteurs des deux roues, ajoutant que les  utilisateurs de scooters ont besoin de davantage de sensibilisation sur l’importance des équipements à commencer par l’obligation du port du casque  et sur le respect du code de la route”, a-t-il ajouté.

Représentant d’un constructeur mondial de motocycles en Algérie, Saker  Kheireddine a estimé que ce secteur “a besoin d’une meilleure organisation”  et que le marché “déterminera” avec le temps le meilleur opérateur qui  propose au consommateur algérien les services adéquats. Soulignant la hausse de la demande sur les “Scooters” ces dernières  années, M. Saker a indiqué que les Algériens préfèrent ces modèles pour  leur prix et leur adaptation à la ville.

Pour sa part, l’organisateur du salon, Mehdi Sediki a indiqué que cette  première édition entend faire de cet évènement un rendez-vous annuel pour  la promotion des différents produits nationaux et étrangers et d’aborder  les problématiques auxquelles sont confrontées les professionnels et les consommateurs.

(APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*