Infos dernières

Le Maghreb est un marché prioritaire pour Renault

C’est en effet les déclarations de Bernard Cambier responsable régionale Afrique-Moyen-Orient-Inde, lors d’un entretien à nos confrères de Jeune Afrique. Réaliste, M.Cambier, aussi ex-directeur commercial de Renault pour la France, a indiqué: “Le volume prime. Nous ciblons donc d’abord le Maghreb, puis l’Égypte et ensuite l’Afrique du Sud. Nous visons aussi des pays à fort potentiel comme le Nigeria, l’Angola, le Ghana et le Kenya”.

Revenant sur me marché algérien, M.Cambier a déclaré que: “la conjoncture a radicalement changé: en 2012, quand le marché caracolait à plus de 350 000 voitures par an, nous avions l’espoir de dépasser les 450 000. En 2015, 200 000 voitures seulement ont été vendues, principalement du fait de la chute des cours du pétrole, dont dépend l’économie algérienne. Mais, entre-temps, l’État a adopté une politique de quotas d’importation très restrictive. Depuis mars 2016, plus aucun véhicule neuf n’a été importé”.

Heureusement, Renault Algérie peut compter sur l’usine de Oued Tlelat qui produit des Renault Symbol et prochainement des Dacia Sandero Stepway. Le meme responsable a ainsi souligné: “cette usine, qui a assemblé 42 000 véhicules en 2015 et en produira environ 70 000 par an à terme, nous permet de limiter les conséquences de cette décision. Nous ne pourrions pas vendre autant de voitures dans ce pays si nous n’y disposions pas d’un outil industriel”.

Bernard Cambier a encore indiqué dans son entretien à Jeune Afrique qu’en Afrique la marque au losange n’a que deux principaux concurrents: Toyota et Hyundai. “Sur le continent, Renault, aidé par la marque Dacia, se place dans le top 3. Nous avons deux principaux concurrents, Toyota et Hyundai, les autres sont loin derrière. Nous sommes leader au Maroc et en Algérie, avec des parts de marché respectivement de 39 % et de 36 %. En Tunisie, nous sommes à 15 % mais ce marché représente des volumes moindres. En Égypte, nous avons connu une progression de 72 % de nos ventes en un an, ce qui nous a permis d’atteindre une part de marché de près de 8 %. Enfin, en Afrique subsaharienne, nous sommes autour de 8,5 % de part de marché, contre 10,5 % pour Toyota et 7,8 % pour Hyundai”, a-t-il dit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*