Infos dernières

Le ministre de l’industrie parle de l’affaire Volkswagen

Lors d’une conférence de presse tenu le lundi 28 septembre 2015, le ministre algérien de l’industrie, Abdeslem Bouchouareb a suggèré qu’il avait raison de stigmatiser les véhicule du groupe Volkswagen, qui selon lui, ne sont pas aux normes; et la récente affaire du constructeur prouve, selon lui, qu’il avait raison dés le départ. A une question sur des possibles répercussions de cette affaire sur notre pays, le ministre de l’Industrie et des Mines a déclaré: “Quand je disais que Volkswagen devait se soumettre aux normes, comme l’ensemble des concessionnaires, on disait que je voulais contrôler Volkswagen et la voiture allemande ».

Il poursuit: “La loi, lorsqu’elle sort dans la République algérienne, elle s’applique sur tout le monde. Et aujourd’hui, Dieu merci, ce qui s’est passé confirme nos positions”, le même responsable rajoute qu’il y aura un contrôle accru de “nos normes de sécurité, dans lesquelles on ira jusqu’à protéger le consommateur et le citoyen algérien dans sa sécurité, dans son argent, ils (les concessionnaires) ne se comporteront plus avec lui comme dans le passé”.

Ce que notre ministre ne sait peut être pas, c’est que le logiciel impliqué et qui visait à contourner les tests antipollution et qui donne une différence flagrante entre les valeurs lors du contrôle et lors du fonctionnement réel du véhicule, n’a aucune répercussion chez nous. En effet et sans entrer dans le détail, les véhicules importés disposent de motorisations dont les rejet gazeux sont très loin des normes en vigueurs en occident et logiciel ou pas, le contrôle de ce genre de véhicule donnera des valeurs très éloignées des normes européennes ou américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*