Infos dernières

L’industrie automobile, un secteur prioritaire en Algérie

L’industrie automobile et ses équipements est un levier de la relance économique en Algérie et du secteur de la sous-traitante de façon particulière, ont estimé, mardi, des participants à un colloque international à Boumerdès.

Des chercheurs universitaires, des industriels et des hommes d’affaires de nombreuses wilayas ont pris part à ce séminaire organisé par la faculté des sciences économiques, commerciales et sciences de la gestion de l’université de Boumerdès.

Selon l’APS et dans une intervention au deuxième jour de ce séminaire international sur « la qualification industrielle et les enjeux de développement des économies arabes, cas de l’Algérie », le chercheur universitaire Mohamed Hanich de Bejaia a soutenu que la relance de l’économie industrielle en Algérie est tributaire de cette industrie mécanique, dotée d’une importance capitale dans toutes les économies mondiales.

Le secteur automobile peut engager l’Algérie sur la voie de l’industrialisation dans tous les domaines, et partant l’introduire dans le marché des exportations mondiales, un secteur apte à soutenir l’intégration du pays dans l’économie mondiale, a-t-il estimé, déclarant que l’Algérie dispose de tous les atouts susceptibles, s’ils sont employés à bon escient, de convaincre les industriels et investisseurs de s’installer sur son territoire.

Outre la position géographique mitoyenne à l’Europe, synonyme de réduction des frais de transport, la main d’œuvre bon marché, et la faiblesse du coût de l’énergie (Gaz naturel), cités parmi les facteurs incitatifs à l’investissement en Algérie, il a, aussi, souligné l’existence d’un réseau routier de 135.000 km (le plus important en Afrique).

L’Algérie est, aussi, considéré comme le deuxième marché africain en matière de consommation automobile, avec plus de 400.000 ventes de véhicules /an, en plus d’un parking automobile de plus de cinq(5) millions d’unités.

Ce chercheur a, néanmoins, pointé du doigt le climat d’affaires « difficile » en Algérie, jugé comme « une contrainte majeure » au développement de cette industrie vitale, à l’échelle nationale , outre l’absence, a-t-il précisé, d’une « stratégie nationale économique claire et stable » en la matière, et la dépendance aux hydrocarbures .

Les autres contraintes sont liées à la « présence faible » de la sous-traitance dans le domaine, l’absence de la concurrence, et la non disponibilité d’un foncier viable, entre autres.

L’usine « Renault » d’Oran pourrait constituer un « noyau » de relance de l’industrie automobile en Algérie, si le projet venait à attirer d’autres industriels du domaine (montage et équipements automobiles) , pour ouvrir, ainsi, d’autres perspectives pour l’exportation, a soutenu M .Hanich.

Selon la même source, l’industrie automobile rapporte prés de 400 milliards d’euros pour les pays industriels, représentant un taux de 3% de la production mondiale.

Le secteur assure, également, 12 millions d’emplois (directs et indirects) aux pays européens, soit un taux de 6% des offres d’emploi dans ces pays, dont les revenus fiscaux résultants de cette industrie, sont estimés à 360 milliards d’Euros. Tandis que la valeur des exportations de véhicules et équipements automobiles, à partir de l’Europe, est estimée à 75 milliards d’Euros, avec un chiffre d’affaires de plus de 500 milliards d’Euros.

(APS)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*