Infos dernières

Menace sur le “Harbin”

Les mini-camions, dont la plupart sont importés de Chine, plus connus chez-nous par le terme “harbin”(1), rendent un grand service à plusieurs secteurs de l’activité économique en Algérie. Pourtant ils sont mal aimés et fustigés par les automobilistes, qui pointent du doigt les risques pour la sécurité des usagers de la route que comportent ce types de voitures. En général, ils ne disposent pas d’équipements de sécurité adéquats. Le comportement des chauffeurs de mini-camions qui pour la plupart d’entre eux conduisent agressivement et sans aucun savoir vivre  sur la route, gênent énormément les autres conducteurs.

Il faut toutefois se rendre à l’évidence, le “harbin” rend beaucoup de service à la communiqué. Il va là où les autres camions ne peuvent pas circuler; à l’image des grandes villes ou la circulation leur est interdite. Pour les déménagement et pour les réfection de logements, ils sont incontournables. Dans les villages isolés ils sont devenus un outil indispensable pour la vie économique locale. D’autant plus que les vieilles Peugeot 404 bâchée et autres Mazda bâchée arrivent en fin de vie après avoir étés maintenues en circulation de très longues années après leur première mise en service.

Malgré tout cela, ce type d’utilitaire, qui remplace le pick-up et coûte nettement moins cher, est en passe de disparaître à cause des restrictions à l’importation imposé par le gouvernement algérien aux concessionnaires.

Même si les prix des mini-camions chinois a sensiblement augmenté. Il coûtent un peu plus d’un million de dinars pour la majorité d’entre eux (leur prix était aux alentours de 500.000 dinars il y a quelques années). Cependant ils restent concurrentiels et loin derrière les prix des pick-up Toyota, Nissan,Mazda, Ford et autre Great wall qui avoisinent les 300 millions de centimes!

Les concessionnaires, qui n’ont plus la possibilité d’importer des mini-camions, écoulent le stock dont il disposaient. Et même s’ils se mettent en conformité avec le nouveaux cahier de charge (airbags, ABS, limiteur de vitesse, etc..), pour pouvoir continuer à importer des véhicules, il doivent disposer, en parallèle de leur activité commerciale, d’une activité industrielle en relation avec l’automobile.

Il semble, par ailleurs, que l’état ne veut plus de ce genre de véhicule. En effet, Emin-auto un des plus gros importateurs de véhicules chinois a déposé un projet d’usine d’assemblage de camions pour être en conformité avec le nouveau cahier de charge et ainsi continuer a travailler en Algérie. Cependant ce projet, qui est entre les mains du ministère de l’industrie pour agrément depuis plus d’un an, n’a reçu aucune réponse au jour d’aujourd’hui, selon nos confrères de la presse spécialisée.

(1)-Le termine “Harbin” est une marque chinoise d’utilitaire. Elle a été parmi les première marques de mini-camions introduite en Algérie. L’appellation est restée et c’est généralisée à l’ensemble de ce type de véhicule.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*