Infos dernières

Nissan avoue la falsification des données d’émission de ses véhicules

Le constructeur automobile japonais Nissan a déclaré avoir découvert que les émissions et les données sur l’économie de carburant avaient été falsifiées dans la plupart de ses usines au Japon.

Nissan a déclaré que les données avaient été délibérément “modifiées” bien que la compagnie n’ait pas précisé combien de voitures avaient été touchées.

Le constructeur nippon, a découvert les problèmes lors de tests volontaires après que son processus d’inspection ait été jugé défectueux par le gouvernement.

Dans un communiqué, Nissan a déclaré avoir trouvé “des émissions d’échappement et des tests d’économie de carburant qui s’écartaient de l’environnement d’essai prescrit” et des rapports d’inspection ont été créés “sur la base de valeurs de mesure modifiées”.

Nissan a déclaré que les tests erronés n’affectent pas les exportations. Il a également déclaré que les émissions et les économies de carburant étaient toujours dans les limites requises pour tous les véhicules.

En septembre dernier, Nissan a admis que des travailleurs non qualifiés effectuaient des inspections finales à la fin des chaînes de production. La compagnie a déclaré que ces inspections illégales remontaient à 1979 à son usine de Tochigi.

Nissan n’est pas le premier fabricant à admettre des tests d’émissions falsifiés. Volkswagen a reconnu avoir utilisé des logiciels illégaux pour tricher aux tests d’émissions américaines sur les moteurs diesel en septembre 2015.

Plus tard, il a admis que des dispositifs de défaite ont été installés sur plus de 11 millions de voitures du groupe dans le monde.

Les retombées ont coûté à VW plus de 30 milliards de dollars à ce jour, la majeure partie de cette somme aux États-Unis où, en mai, les procureurs ont déposé des accusations criminelles contre l’ancien patron de VW, Martin Winterkorn.

(source: sky.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*