Infos dernières

Le ras le bol des transporteurs privés

Mardi dernier, une réunion s’est tenu au siège du ministère des transports et des travaux publics entre la Fédération Nationale des transporteurs algériens (FNTA) et les responsables du ministère. L’objet principal de cette rencontre a été les tarifs des transports à l’aune des futurs augmentations des prix des carburants et de certaines taxes.

Lors d’une rencontre tenue au niveau de la Radio Nationale Chaine 1, Hocone Bouraba, président de la FNTA a d’emblée affiché le ras le bol des transporteurs, indiquant que 2018 sera une année très difficile pour les transporteurs. Il a révélé que 20% de la corporation a cessé ses activité à cause de rendements médiocres. M.Bouraba a indiqué lors de cette émission qu’avec l’apport de 30.000 nouveaux bus, notre pays enregistre un parc de bus égale à 80.000 unités.

Le même responsable a rappelé qu’en 2017, malgré l’augmentation du prix des carburants, les 5 syndicats des transporteurs affiliés à la FNTA, ont convenu de geler les tarifs des tickets de transport. En échange la tutelle devait diminuer les impôts, les prix d’entrés des bus au niveau des gares routières, l’aide au taxieurs à s’équiper en GPL, etc,… Ce qui n’a pas été fait!

M.Bouraba a mis le doigt sur l’anarchie qui règne quant à la distribution des lignes de transport. en effet certaines lignes se trouvent saturées tandis que d’autre sont sous exploitées. Il a exhorté les pouvoirs publics à mettre de l’ordre dans ce secteur.

Abordant les accidents de la route causés par les bus, le président de la FNTA a accusé les bus importés de Chine et la pièces de rechange contrefaite qui sont, selon lui, à l’origine de la majorité des incidents sur la route impliquant ce type de véhicules. Il préconise, en ce sens, la création d’une commission indépendante qui aura pour tache de s’enquérir de la qualité des bus en circulation et ainsi débusquer les « bus de la mort », tels qu’il les a appelé. M.Bouraba a aussi relevé la necessité d’affectater des inspecteurs, issus des directions des transports, au niveau de chaque gares routières, pour mettre fin à l’anarchie qui règne au niveau de ces structures.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*