Infos dernières

Sale temps pour la voiture autonome (video)

Ce lundi 19 mars aux Etats-Unis, un taxi sans pilote, Volvo XC90, du VTC Uber a heurté et tué une piétonne près de Phoenix en Arizona. Le véhicule autonome était en phase de test. « Le véhicule était en mode autonome lors de la collision, avec un opérateur derrière le volant ». La femme, qui « traversait en dehors d’un passage piétonnier », a été transportée à l’hôpital, où elle est décédée.

L’entreprise Uber, qui fait partie des nombreuses entreprises engagées dans une course internationale pour développer la voiture autonome, a pour l’heure suspendu son programme de de circulation de voitures sans conducteur.

 

De son coté, Toyota a annoncé mardi une pause dans ses essais de voitures autonomes après l’accident qui a coûté la vie à une femme dans l’Arizona. “L’incident pourrait avoir un effet émotionnel sur nos conducteurs d’essais”, a fait valoir le constructeur japonais dans un communiqué.

Si « les défenseurs de la conduite autonome estiment que cette technologie peut diminuer le nombre d’accidents, précisément parce que les machines seraient plus fiables qu’un humain », l’accident vient renforcer les interrogations. D’autant qu’en l’espèce, ça n’est pas le premier « impliquant un véhicule ayant des fonctions de ce type ».

On se rappelle qu’en 2016, un américain d’une quarantaine d’année, avait trouvé la mort alors qu’il conduisait une berline Model S de Tesla. Elle était équipée d’un logiciel, Autopilot, qui permet un certain nombre de manœuvres sans l’intervention du conducteur. A l’époque, le régulateur des transports, le NTSB, avait conclu que la « trop grande dépendance » du conducteur à Autopilot avait « entraîné un désengagement prolongé » ayant conduit à la collision.

Pour Jothi Periasamy, chef des données chez Experfy et enseignant sur l’intelligence artificielle au Massachusetts Institute of Technology (MIT), « l’intelligence artificielle n’en est qu’à ses premiers pas, dans le domaine des voitures autonomes comme ailleurs ». Il reconnait qu’« il peut survenir des situations où le modèle ne comprend pas les circonstances. Je ne condamnerais pas le système simplement parce qu’un accident est survenu. Il faut déterminer les circonstances de l’accident et découvrir sa cause pour améliorer le modèle ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*