Infos dernières

Sécurité routière: Béat satisfecit des pouvoirs publics

Du coté des pouvoirs publics on est dans une phase indécente de satisfaction quant aux mesures prises pour lutter contre les accidents de la route. Dans une intervention à  la Radio nationale Chaine 3, le premier responsable du centre de prévention et de la sécurité routière parle de baisse des accidents et observe qu’au vu des statistiques élaborées en 2016 et durant les sept premiers mois de 2017, « nous sommes dans une baisse constante » des sinistres routiers et des victimes provoquées par ces derniers.

 

S’exprimant, mercredi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, Ahmed Naït El Hocine signale qu’au cours des sept derniers mois, il a été constaté 14.904 accidents, soit une baisse de 14% par rapport à la même période de 2016.

14% de baisse des accidents de la route reste négligeable au vu de la fiabilité des statistiques produites en Algérie dont la marge d’erreur reste surement supérieure à ce chiffre. Aussi il faut tenir également compte de la dichotomie entre les chiffres présenté par les différents services en charge de la sécurité sur les routes à l’image de la gendarmerie, de la police et de la protection civile.

Sur la même durée, précise-t-il, il a également été noté un infléchissement de 13,19% du nombre des décédés, soit 313 personnes « qui ont échappé à la mort sur les routes », ainsi qu’une diminution de 18% de celui des blessés.

Ces résultats, tient-il à souligner, sont dus aux efforts « considérables » entrepris, « notamment dans le domaine de la prévention », notamment lors des campagnes de sensibilisation organisées durant la période de Ramadhan, puis, pendant tout le déroulement de la saison estivale.

Une nouvelle fois, l’intervenant pointe du doigt les jeunes conducteurs, impliqués, dit-il, dans 35% des accidents de la route ainsi que ceux parmi eux détenteurs d’un permis de moins de 5 années, lesquels, ajoute-t-il, sont à l’origine de 50% de ces calamités.

Pour agir dans le sens d’une diminution des sinistres routiers, M. Naït El Hocine estime judicieux de s’inspirer des standards internationaux en la matière, particulièrement en élevant le niveau de formation des futurs conducteurs et en menant la lutte contre le phénomène de remise de permis de complaisance.

A notre avis il aurait été mieux inspiré de plaider pour la suppression du retrait de permis, qui reste une violence faite aux usagers de la route à l’image des dos-d’ânes et penser à une solution plus “intelligente” pour lutter contre les accidents de la route.

(avec Radio nationale)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*