Infos dernières

Sécurité routière: Mise en place de radar de dernière génération

Un nouveau système de radar de contrôle de vitesse de dernière génération a été mis en place à partir de ce samedi par le Commandement de la Gendarmerie nationale a indiqué, le général Guir Badaoui, directeur de la télématique au sein de cette institution.

On a appris que les nouveau radars de type Gatso (Doppler) sont opérationnels depuis hier à travers l’ensemble du territoire nationale. Ces radars, embarqués sur des véhicules banalisés et qui sillonneront, de jour comme de nuit, les points noirs, sont dotés des dernières technologies, comme les caméras en haute définition, l’infrarouge et le GPS.

Le nouveau dispositif permet l’enregistrement de la vidéo prise par la caméra, conduit rapidement à l’interception des conducteurs auteurs de conduite dangereuse. Ce radar ultrasophistiqué permet également d’intercepter les véhicules en excès de vitesse dans les deux sens, peut contrôler les véhicules de jour comme de nuit dans toutes les conditions climatiques à l’aide d’un système infrarouge et enfin permet l’élaboration en temps réel du procès verbal des infractions constatées.

Selon l’APS qui rapporte l’information, la Gendarmerie nationale a mis en service « 571 systèmes radars de contrôle de vitesse de dernière génération, mobiles, discrets, embraqués sur véhicules et capables de détecter les infractions au code de la route, en temps réel, notamment les excès de vitesse », a précisé le général.

Il indiqué que la nouvelle acquisition « s’inscrit dans le cadre de la démarche générale adoptée par l’Etat et en plus des multiples dispositions entreprises visant à instaurer une nouvelle culture de sécurité routière ».

La démarche vise aussi à « renforcer les dispositifs de prévention pour mieux lutter contre les accidents de la route et pour intercepter les contrevenants impliqués dans les accidents qui engendrent chaque année des milliers de morts et des blessés en plus des dégâts matériels considérables », a ajouté M. Badaoui.

« Ces nouveaux moyens sont déployés afin d’identifier les conducteurs dangereux qui roulent avec excès de vitesse et qui provoquent souvent des accidents mortels », a noté le responsable, indiquant que ces moyens « vont instaurer une nouvelle culture de sécurité routière favorisant le travail de prévention et de sensibilisation des usagers de la route ». L’intervenant a expliqué, à cette occasion, que la mise en service de ce système « va se faire de manière progressive », annonçant qu’elle « sera généralisée d’ici à mars de l’année prochaine ».

S’agissant de la répartition de ces systèmes, le responsable a relevé qu’elle « se fera selon l’importance du périmètre ainsi que selon le classement de la zone en matière d’accidents de la route ».

Déclarant que « l’acquisition de ces moyens s’est basée sur une étude opérationnelle », le Général a relevé que « les 500 radars déjà en service seront déployés sur les chemins de wilayas et des communes afin d’atteindre une complémentarité entre les deux systèmes ». Le responsable a présenté les « caractéristiques opérationnelles » garantissant à ce système fiabilité et efficacité d’intervention pour une atténuation très significative des accidents causés par les excès de vitesse ».

Il permet, selon le même responsable, « l’enregistrement de la vidéo prise par la caméra permettant l’interception des conducteurs auteurs de conduite dangereuse, le contrôle des véhicules permettant d’intercepter les véhicules en excès de vitesse dans les deux sens, le contrôle des véhicules, de jour comme de nuit dans toutes les conditions climatiques à l’aide d’un système d’infrarouge, et l’élaboration en temps réel du procès verbal des infractions constatées ».

Mise en place d’une liste noir des contrevenants!

Le responsable de la gendarmerie indique que: « les infractions relevées sont enregistrées dans une banque de données, à partir de laquelle, une liste noire des usagers commettant fréquemment des infractions au code de la route est communiquée à toutes les unités de la Gendarmerie nationale ».

L’élaboration de cette liste noire « va aider les pouvoirs publics et les autorités judiciaires à prendre les mesures appropriées », a-t-il soutenu, qualifiant l’acquisition de ce système comme une « préparation à l’application du permis à points » inscrit dans la lutte contre les accidents de la route.

Relevant, dans ce sens, que « le système radar a été homologué par d’importants laboratoires internationaux », il a souligné que le « nouveau radar mobile est d’une technologie très avancée, installé sur des véhicules banalisées de la GN, de différents types, avec une fiabilité de détection des excès de vitesse quasiment sûre ». Le responsable a noté, à cet effet, que « 85 % du réseau routier national sont situés en territoire de compétence de la GN qui ne cesse de mettre, dans ses priorités, la lutte contre l’insécurité routière ».

(DZMOTION/APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*