Infos dernières

Volkswagen accusé de tricherie aux USA, rappelle 500.000 véhicules

Coup de tonnerre pour Volkswagen aux Etats-Unis. Le constructeur allemand a reconnu avoir délibérément contourné les normes antipollution pour le marché américain grâce à un logiciel installé dans près d’un demi-million de véhicules. Le constructeur a ordonné l’ouverture d’une enquête externe après les accusations de l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA). « Les faits sont avérés et nous travaillons activement avec elle », a reconnu un porte-parole. Résultat : la marque va devoir rappeler près de 500.000 voitures vendues depuis 2008 et s’acquitter à terme d’une amende, dont le montant maximal pourrait atteindre 18 milliards de dollars (soit 37.500 dollars par véhicule, selon la loi antipollution).

D’après l’EPA, qui a mené son enquête avec l’agence californienne de la qualité de l’air, VW aurait conçu un logiciel permettant à ses véhicules diesel de réduire leurs émissions pendant les tests antipollution, mais restant inactif le reste du temps. Les voitures pouvaient alors émettre une quantité d’oxyde d’azote jusqu’à 40 fois supérieure aux normes fédérales. « Utiliser un logiciel destiné à tromper les normes antipollution est illégal et dangereux pour la santé publique », a insisté Cynthia Giles, administratrice déléguée à l’EPA. « Ces violations sont très graves, nous nous attendions à mieux de la part de Volkswagen. » Plusieurs modèles sont concernés par le rappel (l’Audi A3, la Jetta, la Beetle, la Golf et la Passat). Le seul cas similaire connu impliquant l’EPA remonte aux années 1990, lorsque 7 constructeurs de moteurs Diesel avaient dû verser 1 milliard de dollars pour avoir utilisé des outils trompant les contrôles antipollution. Mais le contexte réglementaire était alors moins strict.

Ces accusations tombent mal pour Volkswagen, qui souffre depuis des mois sur le marché américain. Encouragé par le durcissement de la réglementation, qui impose aux constructeurs de fabriquer des véhicules peu gourmands en carburant, Volkswagen a tout misé sur le diesel aux Etats-Unis, où ces types de motorisation sont peu courants. Mais ses modèles sont perçus comme plus chers que la concurrence dans un environnement très compétitif. La marque ne cesse de voir ses ventes reculer aux Etats-Unis, où le marché est pourtant particulièrement dynamique. Depuis le début 2015, VW n’a vendu que 238.000 véhicules voitures aux Etats-Unis, contre 1,15 million pour son grand concurrent Toyota.

Aujourd’hui, le titre VW a dégringolé de 13% à l’ouverture, et vers 9H30 il chutait de 16,53%. Plusieurs maisons de courtage ont déjà abaissé leur recommandation sur le titre. Et le magazine allemand Manager Magazin rapportait lundi matin que Volkswagen allait cesser la commercialisation de modèles diesel aux Etats-Unis.

(Les echos/DZMOTION)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*