Infos dernières

L’aventure exportatrice de Seat

Les 397 835 véhicules que SEAT a exportés en 2019 depuis son usine de Martorell, placés verticalement, créeraient une colonne s’étendant sur environ 577 kilomètres de hauteur, suffisamment pour aller au-delà de l’exosphère et dans l’espace. Ce volume d’exportation représente un record depuis les 55 ans de ventes internationales de la marque espagnole, un parcours qui peut se résumer en six faits curieux.

Première escale, la Colombie : 150 unités de la SEAT 600 D, il s’agit de la première exportation effectuée par la société espagnole, plus précisément en 1965, et sa destination était la Colombie. Dans les années qui ont suivi, les ventes internationales ont connu une croissance rapide, envoyant des véhicules vers des destinations aussi diverses que l’Allemagne, la Finlande et le Chili.

Le PIB sur roues : Rien que l’année dernière, SEAT a exporté près de 400 000 unités (entre les voitures de la marque espagnole et celles d’Audi) de l’usine Martorell. Un volume aussi important a un impact non seulement sur l’entreprise, mais aussi sur l’ensemble de l’économie espagnole. La valeur des exportations de SEAT est estimée à 3 % du total du pays.

De Curaçao à la Nouvelle-Zélande : La marque est présente dans 80 pays, le plus éloigné étant la Nouvelle-Zélande. Mais la distance n’est pas le plus grand défi logistique. Elle envoie des voitures sur des marchés à faible volume comme Curaçao, la République dominicaine et la Guyane française. Dans certains cas, les experts en logistique de SEAT s’appuient sur les synergies du groupe Volkswagen pour compléter les expéditions et les rendre rentables, même si quelques unités seulement sont concernées. En termes de volume, l’Allemagne est le plus grand marché international, suivie du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie et du Mexique.

Par voie terrestre, maritime et aérienne : Pour acheminer ce volume de voitures, il est essentiel d’utiliser toutes les voies terrestres, maritimes et ferroviaires possibles. Dans le cas de SEAT, l’année dernière, 44 % des exportations ont été effectuées par bateau, 6 % par train et le reste par route. L’expansion mondiale de l’entreprise a stimulé les expéditions par mer. Par exemple, en 2008, la part des navires n’était que de 7 %. Il est curieux de noter que huit véhicules d’exposition ont été livrés par avion au Chili, l’un des nouveaux marchés sur lesquels SEAT est entrée.

Un train rien que pour SEAT : le chemin de fer joue également un rôle clé dans la distribution depuis le port de Barcelone, car SEAT dispose d’une ligne ferroviaire exclusive, l’Autometro, qui relie chaque jour l’usine de Martorell à l’infrastructure portuaire. Cela garantit des livraisons internationales efficaces et rapides.

Naviguer en haute mer : La destination la plus fréquente des navires partant de Barcelone avec des modèles SEAT est le Royaume-Uni, avec trois ports : Sheerness, Grimsby et Tyne. Des expéditions maritimes ont été effectuées vers ce pays avec près de 3 000 véhicules au départ de Barcelone.

Dans le cas des exportations vers le Mexique, on utilise des navires d’une longueur maximale de 200 mètres pouvant contenir plus de 7 600 voitures. Pour avoir une idée du volume concerné, le poids des véhicules que ce type de navire peut transporter équivaudrait à transporter environ 1 800 éléphants d’Asie.

(Communiqué)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.