Infos dernières

La police met fin aux activités d’un groupe de trafiquants de voitures

Le trafic de voitures et décidément une activité lucrative en Algérie. Il est de plus en plus fréquent que les services de sécurité démantèlent des réseaux criminels qui ont pour métier le maquillage de voiture avec des vrais-faux papier. Cette semaine la police a réussi à mettre hors d’état de nuire un groupe de trafiquant activant entre l’Algérie et l’Espagne.

Selon l’APs, les services de Sûreté de la wilaya d’Alger ont mis fin aux agissements d’une bande de malfaiteurs, composée de trois individus, spécialisée dans la contrebande internationale de véhicules pour faux et usage de faux en écriture administrative (documents de véhicules volés à l’étranger) et refus d’obtempérer au niveau d’un barrage de sécurité, a indiqué lundi la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les éléments de la section de la police judiciaire de la Sûreté de la circonscription administrative de Birtouta ont relevé  que deux suspects, qui étaient à bord d’un véhicule touristique, n’avaient pas été soumis au contrôle de sécurité et avaient pris la fuite. Une fois appréhendés, il s’est avéré que l’un d’entre eux avait avalé un bout de papier portant le numéro de châssis d’un véhicule interdit de circulation et avait en sa possession la somme de 12.5 millions de centimes, indique-t-on de même source.

Ce même suspect possédait un autre véhicule étranger qu’il a dit avoir acheté à 40 millions de centimes pour l’échanger contre un autre véhicule après changement des principales pièces de rechange. Les services de police ont confirmé auprès du Centre national de l’informatique et des statistiques des douanes (CNIS) que l’un des véhicules, ramené d’Espagne, n’était pas destiné à l’importation et n’avait pas été dédouané par un binational.

Les investigations ont démontré que les suspects étaient impliquées dans la contrebande internationale des véhicules d’occasion via un binational qui introduisait des véhicules sur le territoire national sans dédouanement. Ces véhicules circulent  pendant 6 mois seulement et sont revendus à des partenaires qui se chargent de falsifier leurs documents et de les inscrire auprès des services administratifs pour les revendre sur le marché, ajoute la même source.

Après achèvement de la procédure légale, les suspects ont été présentés devant le procureur de la République territorialement compétent qui a ordonné la mise en détention provisoire de l’un d’entre eux, alors que les autres ont bénéficié de la comparution immédiate, indique le communiqué.

(avec APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*