Infos dernières

Chronotachygraphe et permis à points, des mesures qui tardent à voire le jour

Le chronotachygraphe installé sur les poids lourds et les bus est une mesure qui permettrait sans aucun doute de diminuer de manière remarquable le nombre des accidents de la route en Algérie. Cependant cette mesure tarde à voire le jour pour des raisons incompréhensibles.

Les poids lourds et les bus de transport de voyageurs ont une grande part de responsabilité dans le décompte du nombre de sinistrés, entre morts et blessés, causés par les accidents de la route. Les chiffres de la sécurité routière le démontrent parfaitement.

Une autre mesure qu’est le permis à points tarde elle aussi à être mise en place. Pour certainement des raison de gestion du fichier nationale des permis de conduire. Pourtant le permis à points, tout en étant parfaitement adapté à décourager les automobilistes à commettre des infractions, leur permettra de ne plus subir la “hogra”, du retrait de permis immédiat suite à une infraction au code de la route. Retrait, vécu par l’ensemble des automobilistes comme une mesure extrême qui n’a pas lieu d’être.

Et ce n’est pas la nouvelle instruction du ministère de l’intérieur qui va les rassurer quant à la suppression du retrait de permis immédiat. Cette instruction stipule que l’agent de l’ordre public n’a plus le droit de retirer le permis du contrevenant au code de la route. En effet, lors de l’infraction l’agent de l’ordre “délivre un procès-verbal de contravention avec une demande de retrait de permis par la commission compétente ”.

Une copie du procès-verbal est transmise à la commission dans un délai de 48 heures à partir du moment de la constatation de l’infraction.

L’automobiliste pris en faute devra payé l’amende et il sera ensuite convoqué pour comparaître devant la commission de son lieu de résidence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*