Pour expliquer son retrait, Honda, revenu en F1 en 2015, invoque dans communiqué de nouveaux objectifs en terme de production de moteurs neutres en émission carbone et « vise à réaliser la neutralité carbone en 2050 ».

Honda a vécu ses heures de gloire en Formule 1 à la fin des années 1980 avec la rivalité Prost-Senna chez McLaren, les deux pilotes écrasant alors la concurrence. Par la suite, son aventure en tant qu’écurie à part entière de 2006 à 2008 s’est soldée par un échec.

Cette décision plonge dans l’embarras Red Bull, et son équipe filiale AlphaTauri, qui vont devoir trouver un nouveau motoriste à compter de la saison 2022, date de la mise en place d’une nouvelle réglementation censée remettre en cause la domination écrasante de Mercedes depuis 2014.

(ats/ami)