Infos dernières

Industrie automobile: tout savoir sur les régimes CKD -SKD et CBU

Les termes CKD, SKD et un peux moins CBU sont à la mode ces derniers temps ? mais que veulent-il dire au juste? c’est ce que nous allons voire dans ce qui suit. en sachant que beaucoup de pays optent pour l’un ou l’autre de ces procédés industriels et que pour des marchés limités les constructeurs gagnent a y installer des structures d’assemblage automobile du moment que les taxes sur les intrants CKD ou SKD sont moins importantes que pour l’importation d’un véhicule entier. Donc ce qui a été réalisé dans notre pays n’est pas un cas unique puisque beaucoup d’autres l’ont adopté à juste titre. Il est donc nécessaire de bien réfléchir avant de liquider ou de démanteler les structures existantes chez-nous, quelques soient les fautes commises par leurs propriétaires ou dirigeant.

De nombreux constructeurs automobiles conçoivent et développent leurs véhicules dans le pays où ils ont l’intention de les vendre. Dans ce cas, ils utilisent la terminologie « véhicules conçus et développés localement ». Ce processus est utile lorsqu’il existe, sur place, des centres de « recherche et développement » appropriés et que l’on dispose d’une main-d’œuvre techniquement compétente et qualifiée. Des pays tels que les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Italie, l’Allemagne, le Japon et l’Inde disposent d’une main-d’œuvre talentueuse et des facilités de développement technique. C’est pour cela que de nombreuses marques internationales y ont mis en place leurs centres de R & D pour développer de nouveaux véhicules. Les véhicules ainsi produits sont généralement étiquetés comme étant « développés sur place ». Toutefois, les pays qui ne disposent pas de R&D, de la main-d’œuvre qualifiée ou des structures de fabrication, importent la totalité des véhicules. Ces véhicules sont souvent appelés « véhicules entièrement importés ». Comme c’était le cas en Algérie durant de nombreuses années.

Qu’est-ce qu’un véhicule CBU ?
Le terme CBU signifie « Completely Built Unit » (unité entièrement construite). Il s’agit d’un type de processus de fabrication adopté dans le domaine de la construction automobile. Dans ce processus, un fabricant importe un véhicule dans un autre pays en tant qu’unité entièrement construite. Ainsi, aucune fabrication ou assemblage n’est plus nécessaire une fois que le véhicule atteint son pays de destination et il peut être vendu immédiatement. Toutefois, ces véhicules peuvent devoir subir un « contrôle avant livraison » ou ce que l’on nomme la PDI ( “Pre-Delivery Inspection” ) avant d’être remis aux clients finaux.

De nombreux constructeurs optent pour la filière CBU dans des pays qui ne disposent pas d’installations de fabrication. Au départ, ils optent pour la voie de la CBU jusqu’à ce qu’une installation de fabrication adéquate soit mise en place. La filière CBU permet d’éviter les problèmes de contrôle de la qualité dans le nouveau pays et de maintenir des niveaux élevés de qualité pendant la fabrication des véhicules. Ainsi, les clients peuvent obtenir un produit de bonne qualité auprès des fabricants.

Qu’est-ce qu’un véhicule CKD ?
Le terme CKD signifie « Completely Knocked-Down » ou entièrement démantelé. Il s’agit d’un autre type de processus de fabrication adopté dans le domaine de la construction automobile. Dans ce processus, le constructeur démonte ou démantèle complètement un véhicule dans un pays d’origine et le remonte dans un autre pays. Cependant, les constructeurs ne peuvent pas les vendre directement en tant qu’unité CKD. Par conséquent, une fois que le véhicule atteint son pays de destination en tant qu’unité CKD, il faut procéder à d’autres opérations de fabrication ou d’assemblage. Toutefois, ces véhicules peuvent également devoir subir une inspection de l’assemblage avant de quitter l’usine de fabrication. Ils doivent également subir l' »inspection avant livraison » ou la PDI avant d’être remis aux clients finaux.

Le CKD est le processus que les fabricants adaptent pour économiser des taxes dans le pays de destination. Les constructeurs importent les véhicules sous forme de pièces ou de kits « démontés » dans le pays de destination. De nombreux pays prélèvent une taxe supérieure à 100 % pour tout produit importé tel que les véhicules. Ainsi, le coût du véhicule double dans ces pays. Toutefois, pour les unités CKD ou « complètement démantelées », le taux d’imposition est beaucoup plus faible. En effet, les constructeurs exploitent une chaîne de montage dans ces pays, ce qui crée des emplois locaux. Le CKD est donc l’un des itinéraires préférés des constructeurs dans le monde entier.

Qu’est-ce qu’un véhicule SKD ?
Le terme SKD signifie « Semi Knocked-Down » pour partiellement démantelé. Il s’agit d’un autre type de processus de fabrication que les constructeurs automobiles adaptent. Dans ce processus, le constructeur démonte partiellement un véhicule dans le pays de départ et le remonte dans un autre pays. Cependant, les constructeurs ne peuvent pas les vendre immédiatement en tant qu’unité SKD. Il doit donc procéder à une nouvelle fabrication ou à un nouveau montage une fois que le véhicule atteint son pays de destination en tant qu’unité SKD. Toutefois, ces véhicules vont, dans la plupart des cas, devoir subir une inspection de l’assemblage, le contrôle de qualité et les tests avant de quitter l’usine de fabrication. Ils doivent également subir l' »inspection avant livraison » ou la PDI avant d’être remis aux clients finaux.

Le processus SKD permet également aux fabricants d’économiser des taxes dans le pays de destination. De nombreux pays prélèvent une taxe supérieure à 100 % pour les produits entièrement importés, tels que les véhicules. Ainsi, le coût de ces véhicules augmente dans ces pays. Toutefois, pour les unités « semi-démantelée », le taux d’imposition est beaucoup moins important. Ainsi, le SKD est également un choix populaire pour les constructeurs du monde entier.

Qu’est-ce qu’un véhicule BUX ?
Le terme BUX signifie « Built-up for Export ». Les constructeurs désignent collectivement les deux types de KD, les CKD et les SKD, complets ou incomplets, par le terme KDX (pour knock-down export). Ils appellent également « Built-up for Export » ou BUX les voitures assemblées dans le pays d’origine et exportées intégralement vers le marché de destination.

Les usines de fabrication qui assemblent les « Knock-down kits » sont moins coûteuses à établir et à entretenir. En effet, elles n’ont pas besoin d’équipements robotiques modernes et d’une main-d’œuvre très qualifiée, ce qui est généralement très peu coûteux par rapport au pays d’origine. De telles usines peuvent également être efficaces pour la production de faibles volumes. Le concept de CKD permet aux fabricants des marchés en développement d’acquérir une expertise dans un processus de fabrication particulier. Par ailleurs, l’entreprise qui exporte le kit CKD obtient de nouveaux marchés qui ne lui seraient pas accessibles autrement.

Exemples populaires :
De nombreux fabricants ont recours à ces procédés de fabrication pour pallier les insuffisances d’un pays particulier. Le fabricant indien Mahindra a commencé ses activités en 1947 avec l’assemblage des Jeeps en mode CKD. Mahindra a étendu ses activités pour inclure la fabrication nationale de véhicules Jeep avec un niveau élevé de taux d’intégration local sous licence de Kaiser Jeep Corporation et plus tard d’American Motors (AMC). Pour éviter la taxe d’achat britannique qui s’appliquait aux ventes de véhicules entièrement assemblés, Lotus Cars a vendu sa Lotus Seven sous forme de CKD dans les années 1950 et 1960. En 1959, les produits de British Motor Corporation tels que la Mini étaient encore importés ou assemblés à partir de kits CKD sur plusieurs marchés internationaux.

L’usine d’assemblage Volvo de Halifax, qui a ouvert en 1963, a assemblé les véhicules sous forme de CKD depuis la Suède pour les consommateurs nord-américains. Daimler AG exploite une usine d’assemblage CKD en Caroline du Sud qui réassemble les fourgons Sprinter Mercedes-Benz pour la vente aux États-Unis et au Canada. Elle le fait avec des concessionnaires Mercedes-Benz et Freightliner, ainsi qu’avec des concessionnaires Dodge pour contourner le droit de douane de 25 % sur les camions légers importés, connu sous le nom de « taxe poulet ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.