Infos dernières

Le Groupe Renault face à un nouveau scandale: une parlementaire française aurait perçu 600.000 euros non déclarés

Un autre scandale touchant le Groupe Renault vient d’être dévoilé par le magazine français  L’Express. En effet, selon ce média, Rachida Dati, une parlementaire française d’origine marocaine, aurait perçu des centaines de milliers d’euros de la part de Renault-Nissan dont 600.000 n’aurait pas été déclarés au fisc de son pays.

Durant la période 2009-2014, Rachida Dati, qui exerçait alors son premier mandat d’eurodéputée, aurait perçu la somme de 600.000 euros de Renault-Nissan. Pendant cette période, d’après les informations du média, Mme Dati travaillait pour l’Alliance et sa tâche consistait entre autres à représenter Carlos Ghosn, alors président du groupe, qui est accusé, en ce moment, du même délit au Japon.  Carlos Ghosn, patron de l’empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, a été arrêté à Tokyo sur des soupçons de fraude fiscale pour quelque cinq milliards de yens, soit environ 38,8 millions d’euros, depuis 2011. Après avoir été inculpé pour dissimulation de revenus sur cinq ans, il a annoncé fin janvier sa démission de la présidence de Renault.

Payé en quatre fois, ce montant n’a toutefois pas été déclaré à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, informe l’Express.

«Rachida Dati n’a déclaré aucune activité professionnelle sur l’année 2009 en tant qu’avocate, alors même qu’elle travaillait déjà pour l’Alliance. Sa convention d’avocat a en effet été conclue en novembre 2009, et a pris fin en février 2013», publie l’hebdomadaire.

Le magazine indique que, d’après ses informations, la mission de l’ancienne ministre de la Justice était d’aider l’Alliance à développer son business au Proche-Orient et en Afrique du Nord. «Elle devait assister à des meetings tenus avec Carlos Ghosn, voire le représenter à l’occasion».

(avec médias)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*