Infos dernières

Le patron de Renault confirme son maintien en F1 malgré les coupes budgétaires de l’entreprise

Nico Hulkenberg (GER) Renault Sport F1 Team RS19.Formula One Testing, Day 2, Wednesday 27th February 2019. Barcelona, Spain.

Dans la foulée de la Formule 1 et de l’annonce par la FIA d’une série de changements de règles, notamment la réduction du nouveau plafond budgétaire révolutionnaire de 175 millions de dollars à 145 millions de dollars pour 2021, Renault a confirmé qu’elle prévoit de rester en Formule 1.

L’équipe, qui est revenue à la Formule 1 en tant que constructeur en 2016, a subi des revers ces derniers temps, perdant le pilote vedette Daniel Ricciardo au profit de McLaren pour 2021 après une saison 2019 qui les a fait passer de la quatrième à la cinquième place du classement des constructeurs, alors que McLaren passera également aux moteurs Mercedes à partir de la saison prochaine, laissant Renault sans équipe cliente à fournir.

La société mère de Renault a également annoncé récemment près de 15 000 suppressions d’emplois dans le monde entier à la suite de la pandémie COVID-19, dans le cadre d’un plan de réduction des coûts de 2 milliards d’euros.

Malgré cela, Clotilde Delbos, PDG par intérim de la société, a révélé dans une présentation en ligne aux médias que la Formule 1 était toujours là où Renault, qui a fait ses débuts dans ce sport en 1977, voulait être.

« Nous avons dit publiquement, et nous confirmons, que nous avons l’intention de rester dans la Formule 1 », a déclaré Delbos.

« En fait, les nouvelles concernant les nouvelles réglementations, un nouveau plafond en termes d’investissement, sont très bonnes pour nous parce que nous avions moins d’investissements dans ce domaine que certains de nos concurrents, qui dépensaient beaucoup d’argent. Donc la F1, nous sommes là et nous allons y rester ».

Le renouvellement de l’engagement de Renault dans la Formule 1 pourrait être considéré comme un encouragement pour l’équipe à sortir Fernando Alonso de la retraite, car des sources ont indiqué que l’Espagnol avait parlé d’un retour potentiel dans l’équipe avec laquelle il a remporté ses deux titres mondiaux en 2005 et 2006.

Mais comme l’équipe aurait payé le prix fort pour s’assurer les services de Ricciardo en 2019, il n’est pas certain, dans le climat financier actuel, qu’ils soient prêts à s’engager à verser les salaires élevés qui seraient probablement exigés à la signature d’Alonso.

(Source: formula1.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.