Infos dernières

La pénétrante autoroutière Tizi-Ouzou-Bouira pour 2020

L’importante infrastructure routière qui devra relier la ville de Draa Ben Khedda à l’autoroute Est-Ouest, du coté de Djebahia à Bouira sera réceptionnée en 2020. Selon l’APS qui reprend  un rapport présenté dimanche par la commission de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) chargée du secteur des Travaux publics, les travaux de réalisation de cette pénétrante autoroutière enregistre un taux de réalisation ayant dépassé les 49 %.

“Le taux de réalisation de la pénétrante autoroutière de Tizi Ouzou est de l’ordre de 49,5 %, et la réception du projet est prévue pour 2020”, a expliqué la commission de l’APW dans un  rapport présenté devant le wali de Bouira, Mustapha Limani, lors d’une session ordinaire de l’APW.

Ce projet de 48 km est prévu entre la localité de Draâ Ben Khedda (Tizi Ouzou) et celle de Djebahia (Bouira). Une enveloppe financière de plus de cinq milliards de dinar a été allouée pour la réalisation de ce projet, qui porte aussi sur la réalisation 25 km de routes secondaires, 37 ouvrages d’art, 21 viaducs et deux tunnels longs de 1.660 mètres, ainsi que huit échangeurs, selon la fiche technique du projet.

Le délai de réalisation de cet important projet qui était initialement de 37 mois, a été revu et prolongé à 72 mois, a expliqué la même source.

Confié au groupement algéro-turc ENGOA-OZGUN-NUROL, ce même projet a connu la réévaluation de son enveloppe financière, a ajouté la commission de l’APW sans donner plus de détails à ce propos. Le taux de réalisation des ouvrages d’art que contient ce projet a atteint les 48 % alors que celui du tunnel est de l’ordre de 52 %, d’après les détails fournis par la même source.

La commission de l’APW, qui s’est enquis récemment de la cadence des travaux, a également noté un “léger” retard dans la réalisation du viaduc n 23 long de 1773 mètres, dont le taux de réalisation ne dépasse pas les 37%, a-t-elle encore précisé. “Le viaduc n 19 connaît, lui aussi, du retard et le taux des travaux n’est que de l’ordre de 32 %. Ce retard est dû essentiellement au déplacement et relogement de quelques habitants situés sur le tronçon du projet”, a tenu à relever la même source.

Dans son rapport, la commission de l’APW a mis en exergue la nécessité de réhabiliter et de mettre à niveau toutes les routes nationales et chemin de wilaya dégradées et ce dans le respect des normes et des délais. Dans une réponse aux préoccupations soulevées par la commission de l’APW, la direction des travaux publics a expliqué qu’elle a mobilisé onze équipes (311 éléments) sur le terrain pour l’entretien des routes.

Les services de la wilaya consacrent chaque année des enveloppes financières pour la réhabilitation des routes et chemins dégradés. Depuis 2015, la wilaya a alloué un montant de plus de 380 millions de dinars pour la mise à niveau des routes et chemins de wilaya, selon des statistiques donnés lors de la session APW.

(avec APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*