Infos dernières

Renault affiche un premier semestre 2016 en hausse

Les immatriculations mondiales de Renault ont crû de 13,4% au premier semestre grâce au dynamisme des marchés européen et indien, et malgré d’autres zones émergentes à la peine, a annoncé jeudi dernier le groupe automobile français.

Les véhicules des marques Renault et Dacia se sont écoulés à 1,57 million d’unités, un record sur six mois, dont 62% en Europe, où le groupe a vu ses livraisons progresser de 14%, a ajouté l’entreprise de Billancourt en confirmant ses objectifs commerciaux pour 2016.

« Au niveau commercial, c’est un premier semestre record pour Renault, le meilleur semestre de son histoire », s’est réjoui le directeur commercial du groupe, Thierry Koskas.

Les près de deux tiers d’immatriculations réalisées en Europe montrent que le groupe reste dépendant de ce marché, mais il s’agit en partie d’un effet mécanique dû au dynamisme retrouvé dans cette zone après la crise de 2008-2013, et à la déprime de certains pays émergents.

« Evidemment, quand on voit ce chiffre (de 62%), on se dit que le poids de l’Europe est important, mais ce n’est absolument pas le signe d’un recentrage sur l’Europe » pour la stratégie du groupe, a assuré M. Koskas lors d’un point presse.

Fin 2015 et début 2016, Renault s’est en effet attaqué aux deux pays les plus peuplés du monde, ouvrant sa première usine en Chine et commençant à produire en Inde sa voiture « ultra low-cost » Kwid.

Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions des ventes en Chine: près de 10.000 Renault y ont été immatriculées au premier semestre, une goutte d’eau dans un marché de plus de 20 millions d’unités annuelles.

En Inde, la Kwid continue à bien se vendre: 150.000 commandes depuis son lancement l’année dernière. Au premier semestre, 62.000 Renault ont été écoulées dans le pays, permettant au groupe de s’arroger 3,8% de part de marché.

La zone « Afrique Moyen-Orient et Inde » voit du coup ses immatriculations Renault bondir de 38,2%. Cette région, deuxième pour le groupe en volume, comprend l’Iran, où la réouverture du marché a permis de multiplier ses livraisons par trois et demi au premier semestre, à 34.000 unités.

Le tableau général est toutefois assombri par les marchés brésilien et russe, en baisse pour des raisons macroéconomiques, et algérien, après l’imposition de barrières douanières. Les volumes de Renault y baissent mais ses parts de marché augmentent, a argumenté M. Koskas.

(Afp)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.