Infos dernières

Résultats du Groupe Renault au premier semestre 2019: en net recul!

Le chiffre d’affaires du Groupe atteint 28 050 millions d’euros en recul de 6,4 % par rapport au premier semestre 2018. A taux de change et périmètre constants[3], le chiffre d’affaires du Groupe aurait baissé de 5,0 %.

Le chiffre d’affaires de l’Automobile hors AVTOVAZ s’établit à 24 791 millions d’euros, en repli de 7,7 % par rapport au premier semestre 2018.  Cette baisse s’explique par un effet volume négatif de -4,6 points lié au recul des ventes en Turquie, France et Argentine, et au déstockage du réseau. Les ventes aux partenaires sont en repli de -3,1 points en raison de la baisse de la production du Nissan Rogue, de la fermeture du marché iranien depuis août 2018 et du déclin de la demande de moteurs diesel en Europe. L’effet de change, négatif de -1,2 point, est essentiellement lié à la forte dévaluation du Peso argentin et de la Livre turque. L’effet prix, positif de +1,0 point provient de la compensation de la dévaluation de ces deux devises et de hausses de prix en Europe.  

La marge opérationnelle du Groupe s’élève à 1 654 millions d’euros et représente 5,9 % du chiffre d’affaires.

La marge opérationnelle de l’Automobile hors AVTOVAZ est en baisse de 234 millions d’euros à 981 millions d’euros et atteint 4,0 % du chiffre d’affaires contre 4,5 % au premier semestre 2018.

La baisse de l’activité a un impact négatif de 471 millions d’euros. Les matières premières pèsent pour -213 millions d’euros. L’effet Monozukuri est positif de 385 millions d’euros : il résulte de la performance des achats, de la hausse du taux de capitalisation de la R&D et d’une augmentation de la charge d’amortissement. Les devises ont un impact de +92 millions, du fait de l’effet positif de la dépréciation de la Livre turque sur les coûts de production.

L’effet mix/prix/enrichissement est négatif à hauteur de 95 millions d’euros en raison de la gestion de la fin de vie de Clio IV, de l’enrichissement réglementaire et de la baisse des ventes diesel en Europe.

La marge opérationnelle d’AVTOVAZ s’élève à 82 millions d’euros contre 105 millions d’euros sur le premier semestre 2018. Malgré un marché en baisse, AVTOVAZ profite toujours du succès de ses modèles lancés en 2018 mais ne bénéficie plus, au premier semestre 2019, des effets positifs non-récurrents constatés en 2018.

La contribution du Financement des ventes à la marge opérationnelle du Groupe atteint 591 millions d’euros, contre 594 millions d’euros au premier semestre 2018. Cette variation de -0,6 % inclut un effet devises négatif de 14 millions d’euros et des dépréciations liées aux activités des services de mobilité pour 21 millions d’euros. A noter par ailleurs, la contribution croissante de la marge sur services, qui atteint désormais 319 millions d’euros, représentant ainsi près d’un tiers du Produit Net Bancaire. Le coût du risque total s’établit à 0,40 % des actifs productifs moyens (0,37 % au premier semestre 2018), confirmant une politique robuste d’acceptation et de recouvrement.

Les autres produits et charges d’exploitation sont négatifs à hauteur de -133 millions d’euros (contre -180 millions d’euros au premier semestre 2018), du fait de provisions notamment liées au programme de dispense d’activité de fin de carrière en France, pour près de 80 millions d’euros.

Le résultat d’exploitation du Groupe s’établit à 1 521 millions d’euros contre 1 734 millions d’euros au premier semestre 2018 (-12,3 %).

Le résultat financier s’élève à -184 millions d’euros, contre -121 millions d’euros au premier semestre 2018. Cette détérioration s’explique principalement par la hausse des taux d’intérêt en Argentine.

La contribution des entreprises associées s’élève à -35 millions d’euros, contre +814 millions d’euros au premier semestre 2018. Ce repli s’explique essentiellement par la baisse de la contribution de Nissan de 826 millions d’euros.

Les impôts courants et différés représentent une charge de 254 millions d’euros contre une charge de 387 millions d’euros au premier semestre 2018.

Le résultat net s’établit à 1 048 millions d’euros et le résultat net, part du Groupe, à 970 millions d’euros (3,57 euros par action par rapport à 7,24 euros par action au premier semestre 2018).

Le free cash-flow opérationnel de l’Automobile est négatif à hauteur de -716 millions d’euros. Ce solde s’explique par des investissements à hauteur de 2 910 millions d’euros (+742 millions) et par l’impact négatif de la variation du besoin en fonds de roulement pour -131 millions d’euros.

Au 30 juin 2019, les stocks totaux (y compris le réseau indépendant) baissent de 4,5 % et représentent 65 jours de vente contre 61 jours à fin juin 2018.

PERSPECTIVES 2019

En 2019, le marché automobile mondial devrait connaître une baisse par rapport à 2018 de l’ordre de 3 % (contre une baisse de 1,6 % prévue précédemment).

Le marché européen est attendu stable hors « hard Brexit ».

Le marché russe devrait connaître une baisse de 2 % à 3 % (contre une croissance de l’ordre de 3 % attendue précédemment). Le marché brésilien devrait progresser d’environ 8 % (contre une croissance de 10 % attendue précédemment).

Dans ce contexte, le Groupe Renault révise son objectif de chiffre d’affaires. Celui-ci devrait être proche de celui de l’an dernier (à taux de change et périmètre constants contre une hausse attendue précédemment.

 Les autres objectifs sont confirmés:

– une marge opérationnelle du Groupe de l’ordre de 6 %,

– un free cash-flow opérationnel de l’Automobile positif.

(source: communiqué)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*