Infos dernières

Résultats du Groupe Volkswagen au premier trimestre 2019: ventes en baisses, revenus en hausses

Lors des six premiers mois de l’exercice en cours, les livraisons aux clients du groupe Volkswagen à atteint 5,4 millions de véhicules contre 5,5 millions de véhicules en 2018 (-2,8%) au premier semestre.

Par contre, le chiffre d’affaires du groupe Volkswagen a augmenté de 4,9% par rapport au premier semestre de 2018, atteignant 125,2 milliards d’euros (contre 119,4 milliards d’euros en 2018). Résultat de l’amélioration du mix produits et du positionnement des prix dans le secteur des voitures particulières ainsi que du bon développement des affaires dans la division des services financiers et chez TRATON. Le bénéfice d’exploitation s’est amélioré de 1,9 % à 10,0 milliards d’euros (9,8 milliards d’euros en 2018) et le résultat opérationnel avant imputation de 8,0 (8,2)%. Les améliorations de la composition et du positionnement des prix, ainsi que la diminution des éléments spéciaux par rapport à l’année précédente ont été plus que suffisantes pour compenser la hausse des coûts fixes, les tendances monétaires négatives et les ventes plus faibles de véhicules. En conséquence, le bénéfice d’exploitation du groupe Volkswagen au premier semestre de 2019, soit 9,3 milliards d’euros (8,2 milliards d’euros en 2018), était supérieur de 10,3% à celui enregistré au premier semestre de 2018. Le rendement opérationnel des ventes s’est élevé à 7,2 %( 6,8% en 2018). Le bénéfice des entreprises chinoises, qui est inclus dans le résultat des investissements mis en équivalence, n’a que légèrement diminué sur un marché général en contraction. Le bénéfice avant impôts a progressé de 6,5% à 9,6 millions d’euros. La liquidité nette de la division automobile s’élevait à 15,9 milliards d’euros.

Le chiffre d’affaires de la marque Volkswagen au cours des six premiers mois de 2019 a augmenté de 3,4% en glissement annuel pour atteindre 44,1 milliards d’euros. Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels a atteint 2,3 (2,1) milliards d’euros. Les améliorations apportées à la composition et au positionnement des prix, ainsi que l’évolution positive des coûts ont plus que compensé l’impact négatif de la baisse des volumes et des taux de change.

Sur la marque Audi, la nouvelle répartition des sociétés de vente multimarques a contribué à une baisse du chiffre d’affaires à 28,8 (31,2) milliards d’euros. Le bénéfice d’exploitation a diminué de 2,3 (2,8) milliards d’euros par rapport à l’exercice précédent. Les effets négatifs résultaient de la montée en puissance et de l’élimination progressive de certains modèles, de la baisse des volumes de vente liée au WLTP, de la hausse des dépenses initiales pour les nouveaux produits et technologies, de la hausse des coûts et des effets de taux de change. Les améliorations apportées à la composition et aux coûts des produits ont eu, par contre, un impact positif.

ŠKODA a généré un chiffre d’affaires de 10,2 milliards d’euros, en hausse de 10,8% par rapport à l’année précédente. L’augmentation du chiffre d’affaires résulte notamment de la prise en charge régionale de l’Inde. Le résultat opérationnel augmente de 3 millions d’euros à 824 millions d’euros. Les augmentations de volume et les mesures de prix ont été suffisantes pour compenser les effets de change négatifs et les augmentations de coûts.

Le chiffre d’affaires de la marque SEAT a atteint 6,3 milliards d’euros, soit 8,3% de plus que celui de l’année précédente. Les améliorations en termes de volume et de composition ont permis d’augmenter le résultat d’exploitation de 1,9% à 216 millions d’euros, compensant largement l’impact négatif de la hausse des coûts.

La marque Bentley a porté le chiffre d’affaires à 835 (757) millions d’euros. Le résultat opérationnel atteint 57 (80) millions d’euros. Outre le volume, les économies de coûts liées au programme d’efficacité en cours, ainsi que les effets du mix produits et les tendances des taux de change ont eu un impact positif.

Porsche Automotive a augmenté son chiffre d’affaires à 12,2 (11,2) milliards d’euros. Le bénéfice d’exploitation avant éléments exceptionnels a augmenté de 2,5% à 2,1 milliards d’euros, principalement en raison des effets de volume. En outre, les coûts des produits ont eu un impact positif, tandis que les tendances des taux de change ont eu une influence négative. L’émission de diesel a donné lieu à des éléments exceptionnels de – 0,5 milliard d’euros au cours de la période considérée.

Le chiffre d’affaires de Volkswagen Véhicules Utilitaires a augmenté de 2,6% à 6,5 milliards d’euros. Malgré la hausse des volumes, la baisse des coûts des produits et l’amélioration des marges, le résultat opérationnel s’établit à 506 millions d’euros, en baisse de 10,8%, principalement en raison de la hausse des coûts fixes et de développement et de la dégradation du mix.

Scania Vehicles and Services a porté son chiffre d’affaires à 7,1 (6,3) milliards d’euros. Le résultat opérationnel s’établit à 828 (618) millions d’euros, principalement en raison de la hausse des ventes de véhicules, de l’amélioration du marché des pièces et services d’origine, de l’effet de mix favorable et de l’évolution des taux de change. Les augmentations de coûts ont eu un effet compensateur.

Les véhicules utilitaires MAN ont propulsé le chiffre d’affaires à 6,3 (5,8) milliards d’euros. Le résultat opérationnel est tombé à 248 (258) millions d’euros; L’amélioration des volumes et des marges a été compensée par les dépenses initiales pour la nouvelle génération de camions et d’autobus, l’augmentation des coûts et les effets négatifs du taux de change.

Le groupe s’attend toujours à ce que les livraisons aux clients du groupe Volkswagen en 2019 soient légèrement supérieures à celles de 2018, malgré des conditions de marché difficiles. Les principaux défis sont liés à l’environnement économique incertain, à l’intensité de la concurrence croissante, à la volatilité des taux de change et aux exigences d’enregistrement plus strictes. Il est également prévu que le chiffre d’affaires du groupe Volkswagen et des secteurs d’activité des voitures particulières et des véhicules utilitaires sera 5% plus élevé qu’en 2018. En ce qui concerne le bénéfice opérationnel avant éléments exceptionnels du groupe et du secteur d’activité des voitures particulières , on s’attend à un rendement opérationnel des ventes compris entre 6,5 et 7,5%.

Dans le secteur des véhicules utilitaires, un rendement opérationnel des ventes compris entre 6,0% et 7,0% est attendu. Dans le secteur d’activité Ingénierie de l’énergie, on s’attend à une augmentation significative de la perte d’exploitation par rapport à 2018, avec une nette augmentation du chiffre d’affaires. Dans la Division des services financiers, il est prévu que le résultat opérationnel atteindra à peu près le même niveau qu’en 2018, avec une augmentation modérée du chiffre d’affaires. En tenant compte des éléments exceptionnels, il est prévu que le rendement opérationnel des ventes du groupe et du secteur d’activité des voitures particulières se situera à l’extrémité inférieure du corridor cible.

(avec communiqué)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*