Infos dernières

Sécurité routière: encore trop de morts en 2019

Trop de personnes sont décédés, dans notre pays en 2019 à cause des accidents de la circulation. Tout ce qui a été entrepris, ces dernières années, pour faire baisser le nombre d’accidents n’a eu aucun effet. Le rapport du nombre de véhicule en circulation par le nombre d’habitants en Algérie a été pratiquement le même depuis l’indépendance. Il est peut être temps de consulter les personnes compétentes à même de donner des solutions intelligente au lieu de se baser sur le tout sécuritaire (répression et autre retrait de permis de conduire).

Pour le moment contentons nous de prendre connaissance du dernier bilan des accidents de la route délivré par la Direction de la sécurité publique et repris par l’APS. Selon, son directeur, 676 personnes ont trouvé la mort et 19151 autres ont été blessées dans 15992 accidents de la circulation enregistrés en 2019 au niveau national.

Lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan 2019 des activités des services relevant de la Direction de la sécurité publique, le Contrôleur de police Aïssa Naïli a indique que comparativement à l’année 2018 le bilan fait ressortir une baisse en nombre de décès (-17) contre une hausse du nombre d’accidents de la route  (+781) et de blessés (+1203).

Concernant les principales causes de ces accidents, M. Naïli a évoqué le facteur humain dans 15699 des cas, l’état des véhicules dans 166 cas et l’état de la chaussée et l’environnement dans 151 des cas.

Rappelant les efforts consentis par les unités de la sécurité routière pour trouver les solutions adéquates à même de réduire les accidents de circulation, il a fait état de l’actualisation à venir de l’arsenal juridique relatif à la sécurité routière, la préparation  d’un projet pour le renforcement de la prévention routière à travers la réalisation des données sur les raisons des ces accidents et le traitement des lacunes enregistrées.

Il a mis en avant, dans ce sens, l’mpératif de mettre en place des moyens modernes au niveau des routes, notamment des caméras et la généralisation des radars », plaidant pour l’intensification des actions de sensibilisation au lieu des mesures coercitives afin de consacrer une culture routière.

Concernant les activités de prévention réalisées au cours de la même année, le Contrôleur de police Aïssa Naïli a fait état de 3109 cours théoriques dans des établissements éducatifs, 1111 au niveau des circuits d’éducation routière et 830290 actions de sensibilisation au profit des usagers de la route.

Le nombre des activités coercitives sur le terrain s’est élevé à 57537 infractions routières, soit une baisse de 18615 par rapport à 2018.

S’agissant des infractions entraînant la mise à la fourrière, il a indiqué que cette mesure a concerné 20413 véhicules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.