Infos dernières

Sécurité routière: la Délégation nationale de la sécurité routière pour lutter contre les accidents (premier ministre)

Pour le premier ministre, la mise en place de la délégation nationale pour la sécurité routière est une priorité pour lutter efficacement contre les accidents de la route.

En effet,il a mis en avant, mercredi, la nécessaire installation de cette organisme et du Conseil consultatif intersectoriel dans “les plus brefs délais”, tout en veillant à associer les compétences nationales, les chercheurs et les spécialistes du domaine, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre.

Lors d’une réunion du Gouvernement consacrée à l’examen et au débat du projet de décret exécutif fixant la nature, les missions, l’organisation et le fonctionnement de la Délégation nationale de la sécurité routière, présenté par le ministre de l’Intérieur, le Premier ministre a mis en avant “le grand intérêt” accordé au projet de création de cette Délégation qui “permettra inévitablement de hisser le système national de prévention des accidents de la route et de la sécurité routière au rang des standards mondiaux en la matière, et d’alléger sensiblement les effets des accidents, d’autant que notre pays est malheureusement devenu parmi les premiers pays en termes d’accidents de la route et de dégâts enregistrés d’après les classements internationaux”.

La création de cette Délégation “constitue un acquis important, étant le fruit d’un travail de plusieurs années et l’aboutissement d’un partenariat fructueux avec des pays développés ayant une expérience pionnière dans ce domaine, un partenariat qui a pris en compte les spécificités de notre pays”, a ajouté M. Bedoui.

Le Premier ministre a souligné, dans le même cadre, que ce mécanisme “se renforcera par l’installation du Conseil consultatif intersectoriel qui constituera une force de proposition par l’association de l’ensemble des concernés par la sécurité routière, parmi les chercheurs, spécialistes et acteurs de la société civile”, affirmant que la réussite de cette stratégie requiert une dynamique et un élan au sein de la société avec la participation de tout un chacun, notamment à travers le renforcement de l’éducation routière et les opérations de sensibilisation.

M. Bedoui a mis en avant également “l’impératif d’accélérer le parachèvement de la numérisation des documents et procédures administratives, notamment l’activation de la carte d’identité biométrique et le permis à points, car étant des conditions sine qua non pour appuyer la Délégation nationale dans la concrétisation de la stratégie nationale en matière de prévention routière et pallier aux différents déséquilibres enregistrés”.

La création de ce dispositif gouvernemental  (la délégation) “s’inscrit dans le cadre de la stratégie de l’Etat dans sa lutte contre les accidents de la route qui prennent des proportions alarmantes au vu des pertes humaines enregistrées annuellement avoisinant les 4.000 morts et 33.000 blessés, outre les dégâts matériels qui dépassent, selon des études menées, le seuil de 100 milliard DA par an”, a précisé le communiqué.

Cette délégation sera “l’outil de l’Etat pour l’exécution de sa politique nationale de prévention et de la sécurité routière dans sa dimension opérationnelle, elle devra assurer, dans le futur, les missions du Centre national de la prévention et de la sécurité routière et celles du Centre national des permis de conduire, et partant, les tâches de coordination, de planification, de communication, de coopération et de gestion des systèmes informatiques liés à la sécurité routière ainsi que la formation et l’organisation des examens de conduite”.

(avec APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*