Infos dernières

Vers l’amélioration du transport urbain à Oran

Le directeur des transports de la wilaya d’Oran a souligné la “portée” du projet visant le renforcement du réseau de transport urbain d’Oran, qui a suscité dernièrement des appréhensions de la part de syndicats locaux de transports des voyageurs.

“Ce projet permettra le renforcement du réseau de transport urbain et semi urbain, et de son extension afin de répondre aux attentes des usagers aux plans à la fois quantitatif et qualitatif”, a indiqué à l’APS Saïd Sadat, à l’issue d’une rencontre avec plusieurs syndicats des transports locaux, tenue lundi, pour discuter de ce projet de renforcement du réseau, en présence de l’Entreprise de transport urbain d’Oran (ETO).

Pour améliorer la qualité de ses services et desservir les nouvelles zones urbaines, l’ETO a loué, suite à un avis d’appel d’offres national ouvert, une centaine d’autobus auprès d’un opérateur privé. Cette décision a suscité les appréhensions des transporteurs privés et de leurs syndicats qui ont fait part de “craintes quant à leur avenir”, face à ce qu’ils ont considéré comme une “concurrence”.

Le directeur local des transports a estimé qu’il s’agit d’”un projet de service public d’importance pour assurer aux usagers une prestation de qualité en matière de transport”.

“Le réseau de transport et son extension sont au stade de projet. Ils méritent d’être renforcés avec de nouvelles lignes. C’est la seule manière d’inciter les opérateurs privés à se professionnaliser et à suivre l’exemple de l’ETO, qui reste la référence en matière de qualité”, a fait observer le même responsable.

“L’ETO est et demeurera la locomotive du transport de la wilaya”, a-t-il ajouté, en mettant en exergue l’importance de la préservation de cette entreprise publique en matière de fréquences et de couverture.

Pour sa part, le président de l’Union nationale des transporteurs privés de la région Ouest (UNAT), Cheikh Amar Nouredine, a suggéré la mise des autobus des opérateurs privés en location au profit de l’ETO. “Cela, nous permettra d’intégrer l’organisation du transport à Oran”, a-t-il soutenu, dans une déclaration à l’APS, ajoutant que l’UNAT a demandé, à la faveur de cette rencontre, une dérogation de gré à gré, laquelle sera soumise, à titre exceptionnel, à l’appréciation du ministère des Transports, pour pouvoir louer ou non les autobus à l’ETO.

“Cette proposition, si elle est approuvée, nous permettra de maintenir les postes de travail et d’engranger des rentrées financières permettant à beaucoup d’opérateurs privés de garantir le remboursement des crédits contractés auprès des banques”, a-t-il souligné.

“Les syndicats des transporteurs qui se disent prêt à jouer le jeu, ont demandé aux APC la mise en œuvre des plans de circulation et de transport avec la matérialisation des arrêts et la définition des itinéraires des bus”, a affirmé, de son côté, le secrétaire général du Syndicat national des transporteurs et des taxis (SNTT) de la région Ouest, Kateb Kacem.

Il a estimé que le dispositif concernant certaines lignes, dans le cadre de la nouvelle organisation, telles que celles Oran-Boutlélis et Oran-Aïn El Turck, mérite d’être “corrigé” car ces lignes sont “surchargées”.

L’ETO assure actuellement une dizaine de lignes pour un parc de 50 bus. Elle couvre 5 % de l’ensemble du réseau de transport de l’aire urbaine qui regroupe plusieurs communes du Grand projet urbain d’Oran.

Pour le directeur de l’ETO, Fawzi Berber, l’objectif de cette décision portant location de 100 bus est d’améliorer le service public et de préparer des réseaux du transport en commun des voyageurs, en prévision des Jeux méditerranéens 2021, rappelant que l’objectif de ce projet d’affrètement est de desservir les nouvelles zones urbaines, nées des grandes opérations de relogement qu’a connues la wilaya d’Oran.

Selon les données de la direction des transports, la wilaya d’Oran dispose d’un parc de 2.300 bus dont 1.200 assurant des lignes urbaines.

(APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*